La cataracte est une opération normalisée et maîtrisée, se réalisant sous anesthésie locale. Elle n’en demeure pas moins de la microchirurgie, nécessitant une grande dextérité. En postopératoire, l’insatisfaction des patients est peu fréquente et traduit généralement des effets indésirables bénins : sécheresse oculaire, rougeur, flou transitoire postopératoire. Les complications sont quant à elles exceptionnelles mais parfois graves : rupture capsulaire, décollement de rétine, endophtalmie (infection).

Rupture capsulaire
Rupture capsulaire

Complications et effets secondaires de la cataracte

Effets secondaires

  • Hémorragie sous conjonctivale
  • Sécheresse oculaire
  • Perception des corps flottants
  • Rebond inflammatoire
  • Capsulose dite cataracte secondaire.

Complications

  • Endophtalmie
  • Déchirure et décollement de rétine
  • Œdème maculaire dit Irvin Gass
  • Rupture capsulaire
  • Décompensation de cornée
  • Erreur réfractive
  • Hémorragie expulsive

Risques opératoires de la cataracte

Pas de chirurgie sans risques, cependant la cataracte est l’opération la plus réalisée dans le monde et probablement la mieux maîtrisée.
Lorsque le chirurgien propose l’intervention à son patient, c’est qu’il estime que le gain visuel potentiel est supérieur au risque opératoire. On parle de balance bénéfices-risques.
Les complications opératoires sont donc rares et les séquelles visuelles exceptionnelles. Elles sont à distinguer des effets secondaires qui sont volontiers plus fréquents, sources de mécontentement mais jamais graves.

Effets secondaires de la cataracte

Les effets secondaires cités dans ce paragraphe peuvent être qualifiés comme fréquents. Il s’agit de conséquences de l’intervention, non graves, mais courantes. Tous transitoires, ils ne laissent pas de séquelles !

L’hémorragie sous conjonctivale

Un petit vaisseau fragile se transforme rapidement en tache de sang lors de l’opération d’un œil. Pas d’inquiétude, il s’agit de l’événement secondaire le plus fréquent et le plus bénin de l’opération de la cataracte.
L’hémorragie partira d’elle-même en 10 à 15 jours même si elle est initialement impressionnante.

Hémorragie sous conjonctivale
Hémorragie sous conjonctivale

La sécheresse oculaire

La désinfection de l’œil et l’inflammation déclenchée par la chirurgie entraînent régulièrement une sécheresse oculaire transitoire. Plus rare qu’en chirurgie réfractive, son intensité est le plus souvent modérée et parfaitement compensée par les collyres hydratants.

La perception de corps flottants

Les corps flottants sont le plus souvent cachés par la baisse de vision entraînée par la cataracte. L’amélioration de la vision entraîne une majoration transitoire de leur perception. Ils se dissiperont spontanément progressivement dans les semaines suivant l’intervention.

Le rebond inflammatoire

Toute opération crée une inflammation oculaire calmée par les collyres dispensés après l’intervention. À l’arrêt des collyres certains patients présentent un rebond de l’inflammation. Une reprise des traitements anti-inflammatoires avec une décroissance douce est dans ce cas nécessaire.

La capsulose

Souvent appelée à tort cataracte secondaire, la capsulose correspond à une opacification du sac capsulaire dans lequel est glissé l’implant.
Bénigne et développant chez 30% des patients dans les 5 années suivant l’intervention, elle se traite par un simple laser en consultation.

Hémorragie sous conjonctivale
Capsulose

Complications de la cataracte

Contrairement aux effets secondaires, les complications de la chirurgie de la cataracte sont d’une gravité supérieure, mais également de fréquence moindre. Elles sont très rares, et ne se produisent qu’exceptionnellement.
Ces incidents demeurent néanmoins possibles. Il peut s’agir de fragilités, d’inflammations… répondant habituellement bien aux traitements. Des cas exceptionnels de réduction de la vision après une chirurgie de cataracte demeurent néanmoins possibles.
Il faut cependant relativiser, bien que l’œil soit un organe noble et fragile, les complications en chirurgie ophtalmologique sont beaucoup moins fréquentes que dans les autres spécialités chirurgies (chirurgie digestive, orthopédique,…).

Les complications sont ici classées par ordre d’importance :

L’endophtalmie : infection grave de l’œil

De 1/5 000 à 1/10 000, il s’agit d’une infection sévère intraoculaire. Rarissime, l’endophtalmie est prévenue par le strict respect des règles d’hygiène au bloc opératoire, l’instillation intraoculaire de Cefuroxime (un antibiotique à large spectre) en fin d’intervention, les soins (lavages & antibiotiques) et le respect des consignes postopératoires. Parfois malgré toutes ces précautions une bactérie se développe dans l’œil le mettant en grave danger !

Attention ! Le traitement de l’endophtalmie est une urgence !

Prévention de l’endophtalmie

  • Respect des conditions d’aseptie opératoire : milieu stérile, air filtré
  • Double désinfection soigneuse de l’œil, des cils et des paupières
  • Utilisation d’instruments opératoires stériles à usage unique
  • Injection d’antibiotiques (Cefuroxime) directement dans l’œil en fin d’intervention
  • Respect des règles d’hygiène postopératoire : coque, lavages, collyres antibiotiques,..

La déchirure et le décollement de rétine :

La chirurgie de cataracte augment le risque de déchirure et de décollement de rétine.
L’incidence de cette complication est d’environ 1/3 000 patients. Elles sont favorisées en cas de myopie forte ou de rupture capsulaire.
Une intervention en urgence (vitrectomie) est indispensable afin de sauver l’œil. Il s’agit d’une complication rare mais grave en l’absence de prise en charge.

Décollement de rétine. En jaune la déchirure, en gris la rétine soulevée.
Décollement de rétine. En jaune la déchirure, en gris la rétine soulevée.

La déchirure et le décollement de rétine sont des urgences ophtalmologiques !

Les symptômes du décollement de rétine

Les signes d’alerte qui doivent vous faire consulter en urgence ( < 24 heures) sont :

  • Les myodésopsies : apparition de corps flottants
  • Les phosphènes : apparition d’éclairs / flashs lumineux récidivants
  • L’amputation du champ visuel (voile noir opaque dans un coin de la vision)
  • Une baisse de vision

Une déchirure de rétine simple nécessite un traitement laser pour la contenir

Un décollement de rétine doit être opéré rapidement

L’œdème maculaire

1/100 chez le patient sain et 3/100 chez les patients diabétiques. Aussi appelé Irvin Gass l’œdème apparaît 1 à 3 mois après l’intervention.
Il est systématiquement prévenu par l’instillation de collyres anti-inflammatoires non stéroïdiens pendant 1 mois après l’intervention.
Si jamais il se développe, il est traité de manière graduelle par des gouttes et des cachets, des injections péri-oculaires voire intraoculaires de corticoïdes en cas de résistance. La gravité de cette complication est considérée comme légère.

La rupture capsulaire

De 1/100 à 1/1 000, la rupture capsulaire correspond à une fragilité ou une brèche dans le sac contenant la cataracte. Ce sac est normalement utilisé pour glisser l’implant et le stabiliser.
Si le chirurgien est habilité il peut changer de modèle d’implant ou vous adresser à un chirurgien de rétine habitué à la pose d’implants en dehors du sac capsulaire. La gravité de cette complication est considérée comme modérée.

Rupture capsulaire: le sac cristallinien romp
Le sac cristalinien rompt

La décompensation de cornée

L’opération de la cataracte se fait par ultrasons. Plus la cataracte est dense ou plus la cornée est fragile, plus le risque de décompensation est important. Il est habituel que les cornées présentant des signes préalables de fragilité (cornea guttata) aient du mal à récupérer. Dans des cas exceptionnels une greffe de cornée partielle est nécessaire afin de redonner à la cornée sa transparence.

L’hémorragie expulsive

Devenue quasi inexistante en phacoémulsification, l’hémorragie expulsive se traduit par un saignement brutal et massif de la rétine et de son enveloppe nourricière : la choroïde. Cet hématome brutal du globe est de très mauvais pronostic. La complication est généralement prise en charge par des chirurgiens extrêmement entraînés.

Les chirurgiens de la cataracte de la communauté

Les chirurgiens de la cataracte membres de la communauté Qualidoc sont disponibles pour un rendez-vous de consultation proche de chez vous partout en France.

Cataracte information officielles

La Société Francaise d’Ophtalmologie (SFO) fournit les consentements officiels remis aux patients avant les opérations oculaires.

Consentement – Cataracte

Recommandations officielles émises par la SFO (Société Française d’Ophtalmologie) concernant la chirurgie de la cataracte
Dr Hugo Bourdon

Auteur invité

Dr Hugo Bourdon

Ophtalmologiste à Paris, le Dr Hugo Bourdon est spécialiste des interventions de cataracte, rétine, glaucome et de chirurgie réfractive. Il exerce au Centre Hospitalier National des 15/20.
Voir le profil

Publier un commentaire

* champs obligatoires