L’histoire de la chirurgie de la cataracte s’écrit en Inde, en France et aux États-Unis… Sushruta décrit la technique d’abaissement du cristallin, encore pratiquée dans certaines tribues isolées. La technique opératoire moderne s’appelle phacoémulsification. Elle a été développée au XXème siècle par le Dr Charles Kelman et ne cesse d’être améliorée.

sushruta ophtalmologiste
Sushruta

Sushruta, un précurseur antique !

Les premières traces écrites de la main d’un chirurgien au sujet de la cataracte remontent à plus de trois mille ans, quand 1200 ans av. J-C, Sushruta décrivait en Inde une méthode consistant à abaisser la cataracte au moyen d’une aiguille. Disloquée, la cataracte flottait en suspension dans l’œil. Cette méthode était très risquée et entraînait fréquemment des inflammations et décollements de rétine.

1740, l’extraction manuelle du cristallin

Les premières anesthésies permirent le développement de l’extraction manuelle du cristallin. Cette innovation eut lieu en France, au milieu du 18ème siècle. Les chirurgiens pratiquaient une incision de cornée de grande taille pour extraire le cristallin dans sa totalité. Les suites opératoires étaient lourdes, puisque les patients devaient demeurer immobiles, la tête maintenue dans des sacs de sable durant plusieurs jours, afin de permettre la cicatrisation de cette plaie laissée sans suture.

1967, la phacoémulsification moderne : l’opération de la cataracte avec implant

L’invention de la cataracte moderne est développée aux Etats-Unis, où le Dr Charles Kelman met au point la « phacoémulsification » – étymologiquement « fragmentation et aspiration du cristallin ». Cette innovation chirurgicale s’associe au développement d’implants intraoculaires, dont la souplesse croissante permet le pliage et la réduction des dimensions de l’incision, dont la taille mesure aujourd’hui 2.2mm… suffisamment petite pour ne nécessiter aucune suture !

La cataracte aujourd’hui

Après 30 ans d’améliorations, la phacoémulsification s’enrichit désormais d’une assistance laser : le laser femtoseconde (également utilisé en chirurgie réfractive). Il peut ainsi être réalisé afin de prédécouper la cataracte avant de démarrer la phacoémulsification. Les bénéfices de cet allié demeurent toutefois discutés et le coût élevé, ce qui explique pourquoi la femto-cataracte reste confidentielle.

Les chirurgiens de la cataracte de la communauté

Les chirurgiens de la cataracte membres de la communauté Qualidoc sont disponibles pour un rendez-vous de consultation proche de chez vous partout en France.

Dr Hugo Bourdon

Auteur invité

Dr Hugo Bourdon

Ophtalmologiste à Paris, le Dr Hugo Bourdon est spécialiste des interventions de cataracte, rétine, glaucome et de chirurgie réfractive. Il exerce au Centre Hospitalier National des 15/20.
Voir le profil

Publier un commentaire

* champs obligatoires