La survenue d’une cataracte est plus précoce en cas de diabète. Les protéines du cristallin sont altérées prématurément par les variations de glycémie entraînant le développement d’une cataracte. Elle peut-être cortico-nucléaire et / ou sous capsulaire postérieure et entraîne une baisse de vision aléatoire et importante. Sa prise en charge est chirurgicale après équilibre du diabète (hémoglobine glycquée HbA1c < 8%) afin de limiter les risques de complications.

Cataracte cortico-nucléaire et sous-capsulaire postérieure
Cataracte cortico-nucléaire et sous-capsulaire postérieure

La cataracte diabétique en bref

  • Cause : durée d’évolution du diabète.
  • Facteur aggravant : déséquilibre du diabète.
  • Début : avance de 5 à 10 ans la survenue d’une cataracte.
  • Symptômes principaux : ternissement des couleurs puis baisse de vision.
  • Évolution : très variable, peut être rapide.
  • Traitement : chirurgical uniquement (phacoémulsification).
  • Complications possibles : œdème maculaire diabétique ou inflammatoire.
  • Correction optique : non efficace.
  • Traitement chirurgical : phacoémulsification.

Qu’est-ce que la cataracte diabétique ?

La définition de la cataracte diabétique est : une cataracte accélérée par les variations de glycémie. Le déséquilibre glycémique entraîne une altération des protéines du cristallin qui vieilli & s’opacifie de manière accélérée, troublant la vision. Les patients diabétiques présentent donc une cataracte généralement plus précoce.

La cataracte diabétique est souvent plus polymorphe, elle peut-être corticonucléaire et/ou sous capsulaire. Son évolution est plus aléatoire et peut être parfois assez rapide (quelques mois seulement) entraînant des baisses de vision parfois profonde le temps de consulter.
Les complications postopératoires sont également plus fréquentes. De fait la consultation préparatoire est primordiale afin de limiter le risque de formation d’un œdème maculaire, éviter de décompenser une rétinopathie diabétique sous jacente et limiter le risque infectieux.

Cataracte cortico-nucléaire et sous-capsulaire postérieure
Cataracte cortico-nucléaire et sous-capsulaire postérieure

Quelles sont les autres atteintes oculaires du diabète ?

Le déséquilibre du diabète entraîne également des altérations de la rétine centrale et périphérique. Il est possible de développer une rétinopathie et un œdème maculaire diabétique qu’il est impératif de dépister avant l’opération de la cataracte. En cas de présence de ces atteintes, les traiter AVANT d’opérer la cataracte est indispensable afin de limiter les risques de complications.

Rétinopathie diabétique
Rétinopathie diabétique

Quelles sont les subtilités du bilan préopératoire chez le patient diabétique ?

La cataracte diabétique est en fait la cataracte d’un patient et d’un œil plus fragile. Le bilan préopératoire doit être renforcé sur 3 grandes étapes :

  • Vérifier l’équilibre du diabète : l’hémoglobine glyquée (HbA1C) reflète l’équilibre du diabète sur les 3 derniers mois. Elle doit idéalement être inférieure à 8%. Si elle est supérieure à 10%, l’intervention est formellement contre-indiquée.
  • Le fond d’œil : il faut rechercher de manière stricte des signes de rétinopathie diabétique devant faire réaliser un laser de la rétine préventif.
  • Une tomographie à cohérence optique (OCT) : permet de rechercher les signes d’œdème maculaire diabétique devant faire réaliser des injections intravitréennes (IVT) préalables.

Cataracte et diabète, quelle est la technique opératoire la plus appropriée ?

Le traitement de la cataracte diabétique est chirurgical. La phacoémulsification, par sa maîtrise et son temps opératoire limité est la technique de choix.

La phacoémulsification :

Il s’agit de la technique la plus réalisée dans le monde. À l’aide d’une micro-incision, la cataracte est découpée, vaporisée et aspirée par une machine délivrant des ultrasons maîtrisés.

Opération cataracte
Phacoémulsification
Source American Academy of Ophthalmology

Prévention de l’œdème maculaire diabétique

L’opération par phacoémulsification est fréquemment complétée par une injection intravitréenne d’anti-VEGF en fin d’intervention afin de prévenir les éventuelles complications.

Les chirurgiens de la cataracte de la communauté

Les chirurgiens de la cataracte membres de la communauté Qualidoc sont disponibles pour un rendez-vous de consultation proche de chez vous partout en France.

Questions fréquentes

En cas de rétinopathie diabétique préalable à l’intervention, celle-ci pourrait être décompensée par l’opération de la cataracte. De fait il est primordial de protéger l’œil en réalisant une photo coagulation préventive préalable.

En cas d’œdème maculaire diabétique préalable à l’intervention, celui-ci pourrait être aggravé s’il n’est pas contrôlé avant. De fait 1 à 3 injections préparatoires peuvent être réalisées et renouvelées lors et après l’intervention.

Un diabète mal équilibré altère l’œil mais aussi l’immunité. De fait, le risque de complications postopératoires augmente. Il y a plus d’œdèmes maculaires (3% contre 1% dans la population générale). À noter, au-delà de 10% d’hémoglobine glyquée, le risque d’endophtalmie augmente substantiellement, il vaut mieux dans ce cas reporter l’intervention.

En cas d’œdème maculaire décompensé ou de rétinopathie diabétique compliquée d’un saignement ou d’un décollement, il peut être utile d’opérer la rétine en même temps afin de réaliser du laser, retirer du sang ou recoller la rétine.

Dr Hugo Bourdon

Auteur invité

Dr Hugo Bourdon

Ophtalmologiste à Paris, le Dr Hugo Bourdon est spécialiste des interventions de cataracte, rétine, glaucome et de chirurgie réfractive. Il exerce au Centre Hospitalier National des 15/20.
Voir le profil

Publier un commentaire

* champs obligatoires