Votre vue baisse et vous pensez souffrir d’une cataracte ? Obtenez un rendez-vous rapidement avec un chirurgien de la cataracte à Bayonne et bénéficiez d’une consultation spécialisée sans délai avec un segmentiste antérieur pour une éventuelle intervention et retrouver la vue.

Quels sont les premiers symptômes de la cataracte ?

Les premiers symptômes de la cataracte ressemblent à ce que serait votre vision au travers d’une vieille vitre sale. La vision est terne, les couleurs sont jaunies et en cas de rayon de soleil l’éblouissement est intense. Si on retarde l’échéance, la vision peut baisser jusqu’à la cécité. Il est en effet possible de perdre la vue si la cataracte n’est pas traitée.

Quelle est la vision avec une cataracte ?

La cataracte corrompt la vision en rendant le cristallin opaque. Voici des exemples d’évolution de la vue avec cataracte, en image :

Image nette - Cristallin clair
Cristallin clair
Perte des couleurs - Cataracte débutante
Cataracte modérée
Image jaunie, vision floue - Cataracte avancée
Cataracte avancée

Pourquoi se faire opérer de la cataracte ?

La cataracte est la première cause de mal voyance dans le monde. Le cristallin est une lentille intraoculaire naturelle, qui s’opacifie et devient « cataracte » : il bloque l’entrée de lumière dans l’œil ! La vision est terne, la vue baisse et la sensibilité à la lumière est exacerbée la nuit. Dans ce cas, inutile de changer de lunettes, elles ne sont pas responsables de la baisse de vision. Mieux vaut opérer.

Comment éviter ou prévenir l’opération de la cataracte ?

Difficile de prévenir la cataracte et impossible de la faire régresser ou guérir sans opération. Équilibrer un éventuel diabète, éviter toute prise inutile de corticoïdes et porter une protection solaire – des lunettes de soleil – adaptée permet cependant de retarder l’échéance et la perte de vision.

Comment se déroule l’opération de la cataracte ?

Parfaitement indolore, la chirurgie de la cataracte se déroule en ambulatoire, ce qui veut dire que vous ne passerez pas de nuit à l’hôpital. Elle ne dure que quelques minutes sous anesthésie locale par gouttes. La technique moderne pour opérer la cataracte s’appelle la phacoémulsification et consiste à aspirer l’ancien cristallin opaque au travers d’une micro-incision de 2,2 mm avant de le remplacer par une lentille artificielle ou un implant corrigeant la vision. L’incision étant microscopique, il n’y a donc pas de suture.

Qu’est-ce que l’implant, ou « cristallin artificiel » ?

L’opération de la cataracte est systématiquement accompagnée de la pose d’une lentille artificielle parfaitement claire appelée implant intraoculaire. Cet implant permet de focaliser la lumière sur la rétine comme le faisait le cristallin. Il est introduit dans l’œil par l’incision de 2,2 mm en fin d’intervention.

Quels troubles visuels peuvent être corrigés par un implant lors d’une chirurgie de la cataracte ?

L’opération de la cataracte est d’une grande précision et permet aussi d’améliorer la vision des patients. L’intervention est effectivement l’occasion de corriger, ou compenser, les troubles de la vision habituellement corrigés par les lunettes. C’est le nouvel implant intraoculaire qui, en remplaçant le cristallin naturel, permet cette correction :

Combien coûte une opération de la cataracte ?

L’opération de la cataracte se répartit selon les coûts et honoraires suivants. On distingue les frais couverts par l’assurance maladie (sécurité sociale), de ceux constituant le reste à charge assumés par le patient et son éventuelle complémentaire santé (mutuelle ou assurance privée).

  • Forfait d’hospitalisation : il couvre les dépenses engagées par l’établissement de soins pour mettre à disposition du chirurgien le matériel et personnels nécessaires à la chirurgie. Contre intuitivement, le forfait d’hospitalisation est plus élevé à l’hôpital qu’en clinique, pour financer les missions d’enseignement et de recherche de l’hôpital public en chirurgie. Ces dépenses étant directement assumées par l’assurance maladie, le patient n’en a cependant pas connaissance.
    • 794,04 € en clinique
    • 1 355,87 € à l’hôpital public
  • Forfait hospitalier : en clinique et à l’hôpital, les patients ou leur complémentaire santé, doivent s’acquitter d’un montant de 20 euros symbolique non inclus dans le forfait d’hospitalisation, qui constitue un premier élément du reste à charge.
  • Frais d’hôtellerie : ils correspondent aux souhaits particuliers des patients quant à l’hébergement : télévision, repas, chambre simple ou double… Ils ne sont pas pris en charge par l’assurance maladie et s’ajoutent au reste à charge assumé par le patient et sa complémentaire santé. D’un montant très variable, ils dépendent de l’établissement considéré et des souhaits du malade
  • Honoraires du chirurgien : il s’agit des honoraires du chirurgien pour l’opération. Selon les cas, le chirurgien peut reverser une partie du montant à son aide opératoire et / ou à la clinique comme redevance. Il existe un tarif « opposable », versé directement par l’assurance maladie. Un complément d’honoraires peut être sollicité par le chirurgien, s’il exerce en secteur 2. Ce complément s’ajoute au reste à charge, assumé par le patient et sa complémentaire santé.
    • 271,70 € +/- complément d’honoraires
  • Honoraires de l’anesthésiste : il s’agit des honoraires de l’anesthésiste pour l’opération. Selon les cas, l’anesthésiste peut reverser une partie du montant à son IADE (infirmier anesthésiste) et / ou à la clinique comme redevance. Il existe un tarif « opposable », versé directement par l’assurance maladie. Un complément d’honoraires peut être sollicité par l’anesthésiste, s’il exerce en secteur 2. Ce complément s’ajoute au reste à charge, assumé par le patient et sa complémentaire santé.
    • 48 € +/- complément d’honoraires
    • Consultation d’anesthésie pré-opératoire
  • Implant : L’assurance maladie prend en charge la valeur de l’implant à hauteur de 150 euros, ce qui constitue le prix moyen d’un implant monofocal standard. D’éventuels implants « prémiums », toriques pour corriger l’astigmatisme ou mutlifocaux pour corriger la presbytie, sont plus coûteux, le surplus étant à la charge du patient et de sa complémentaire santé.
    • Implant monofocal : inclus
    • Implant torique : complément jusqu’à 50€
    • Implant multifocal : complément jusqu’à 450 €

Les coûts assumés en intégralité par l’assurance maladie

Les coûts suivants sont assumés en intégralité par l’assurance maladie qui verse directement à la structure de soins les montants indiqués. Ces frais ne sont pas visibles pour le patient. Contre intuitivement, le forfait d’hospitalisation est plus élevé en milieu hospitalier qu’en clinique, ceci pour financer les missions d’enseignement et de recherche de l’hôpital public en chirurgie.

Prise en charge assurance maladieCliniqueHôpital
Forfait d’hospitalisation 794 €Forfait global 1 355 €
Honoraires chirurgien opposables 271 €
Honoraires anesthésiste opposables48 €
Implant monofocalinclus
TOTAL1113 € /œil*Forfait global 1 355 €
Chirurgie de la cataracte : coûts pris en charge par l’assurance maladie
en intégralité et directement sans avance de frais

Reste à charge : les coûts assumés par le patient et sa complémentaire santé

Les coûts suivants constituent le reste à charge. Il s’agit des montants assumés par le patient et sa complémentaire santé (mutuelle ou assurance privée). Ils sont très variables et dépendent de nombreux paramètres comme le contrat de mutuelle, le chirurgien consulté et ses habitudes tarifaires, la structure de soins où a lieu l’opération…

  • L’avance des frais liés au forfait hospitalier, à l’hôtellerie et à l’implant a souvent lieu le jour de la chirurgie lors de l’arrivée dans l’établissement de soins.
  • Les éventuels compléments d’honoraires sont à régler selon les habitudes du chirurgien et de l’anesthésiste : au cabinet ou à la clinique.
Reste à charge
Forfait hospitalier20 €
HotellerieVariable
Complément d’honoraires chirurgienVariable
Complément d’honoraires anesthésisteVariable
Implant torique50 €
Implant multifocal200 à 450 € env.
Chirurgie de la cataracte : reste à charge
Coûts assumés par le patient et sa complémentaire santé

Que se passe-t-il après l’opération de la cataracte ?

L’intervention se déroule en ambulatoire, ce qui veut dire que la sortie à lieux le même jour que l’opération, accompagné d’un proche ou en taxi. Il faut démarrer les collyres – les gouttes – le soir de l’intervention, ou au plus tard le lendemain matin. Il faut ensuite les appliquer pendant 1 mois.

La vision est généralement plus claire dès le lendemain de l’opération et se stabilise le plus souvent 1 semaine après. Un arrêt de travail de 7 jours peut être dispensé si nécessaire et une paire de lunettes d’appoint peut être prescrite 7 à 30 jours après l’opération.

Quelles sont les précautions à prendre après l’opération de la cataracte ?

Après l’opération de la cataracte, certaines précautions sont à respecter :

  • Se laver soigneusement les mains avant d’instiller les collyres (les gouttes).
  • Ne pas se frotter les yeux et porter la coque de protection pendant 7 jours la nuit.
  • Ne pas rincer l’œil à l’eau pendant 15 jours, mais privilégier le sérum physiologique et une compresse stérile.
  • Ne pas porter de charge lourde ( > 15 kg) pendant 7 jours.
  • Évitez les environnements poussiéreux pendant 15 jours.
  • Ne pas se maquiller ni se baigner pendant 1 mois.

Comment mettre la coque après l’opération de la cataracte ?

Il est recommandé de porter la coque la nuit pendant 1 semaine après l’opération afin d’éviter de se gratter les yeux par inadvertance.
Le matin, retirez la coque et lavez-la à l’eau claire et au savon avant de la laisser sécher sur une surface propre.
En journée, mieux vaut porter une paire de lunettes avec un verre neutre ou des lunettes de soleil pour sortir. Inutile de porter la coque en journée.
Le soir, pré-découpez 2 morceaux de sparadrap hypoallergéniques type Transpore® ou Mepore® d’environ 15 cm puis positionnez la coque sur l’œil opéré « téton » en haut et vers le nez et fixez là.

Nota bene, il est possible de trouver des coques à fixation élastique en pharmacie.

Quels sont les risques de l’opération de la cataracte ?

L’opération de la cataracte présente un risque extrêmement bien maîtrisé. Une sécheresse oculaire avec la sensation d’avoir des grains de sables dans l’œil, ou l’apparition d’une tache de sang sont fréquemment rapportés par les patients mais sont complètement bénins, et finissent généralement par disparaître. La rupture capsulaire dite « cataracte fragile » (1/100), le décollement de rétine (1/1000) et l’endophtalmie dite « infection grave de l’œil » (1/10 000) sont les principales complications à rapporter.

Comment trouver le meilleur chirurgien de la cataracte, bon et compétent ?

Il n’existe malheureusement pas de réponse toute faite à cette question. Les qualités chirurgicales des ophtalmologues résultent de nombreux facteurs qu’il n’est pas possible de réduire à une note ou un classement. Pour être présentés sur le site Qualidoc, les médecins membres de la communauté doivent répondre à des critères spécifiques examinés par le comité scientifique :

Obtenir un rendez-vous rapidement avec un chirurgien de la cataracte à Bayonne

Les ophtalmologues chirurgiens membres de la communauté Qualidoc, vous reçoivent dans leurs établissements bayonnais pour une consultation dans les plus brefs délais. Obtenez un avis au cours d’un bilan pré-opératoire en vue d’une intervention à Bayonne.