La conjonctivite est une inflammation de la conjonctive, tissu transparent qui protège l’œil. En cas de conjonctivite, le « blanc » de l’œil devient rouge et larmoyant. Une sensation de « grains de sable » sous la paupière est présente. La conjonctivite allergique se rencontre souvent au printemps et s’accompagne de signes allergiques (éternuements, rhinite). La conjonctivite infectieuse se rencontre quant à elle plutôt en hiver et s’accompagne de sécrétions sales. Elle peut être bactérienne ou virale et se caractérise par son haut niveau de contagiosité.

conjonctivite et rougeur typique
Conjonctivite
L’œil est rouge et larmoyant

La conjonctivite en bref

  • Généralités : maladie fréquente et généralement bénigne
  • Causes : infectieuse (bactérienne ou virale) ou allergique 
  • Symptômes : rougeur, démangeaisons, larmoiement, écoulement
  • Traitement : lavages oculaires et traitement par collyres selon la cause
  • Conjonctivite bactérienne : lavages abondants + collyres antibiotiques
  • Conjonctivite virale : lavages abondants + collyres antiseptiques
  • Conjonctivite allergique : lavages abondants + collyres anti-allergiques

Qu’est-ce qu’une conjonctivite ?

La conjonctivite correspond à une inflammation de la conjonctive, membrane blanche qui enveloppe le globe oculaire ainsi que la partie interne des paupières.

  • Symptômes – La conjonctivite se caractérise par une rougeur d’un ou des deux yeux sans baisse visuelle. Elle s’associe à une sensation de brûlure ou de « grains de sable » sous la paupière. Malgré la sensation désagréable, il n’y a pas réellement de douleur oculaire. La conjonctivite s’accompagne selon les cas de larmoiements, démangeaisons, et écoulements. Si l’écoulement est purulent, il s’agit d’une conjonctivite infectieuse.

Symptômes alarmants

La rougeur, l’œdème de la conjonctive et parfois même le gonflement des paupières ne sont pas des signes d’alerte. En revanche, les signes suivants ne sont pas des signes de conjonctivite. S’ils sont présents, ils doivent faire rechercher une autre pathologie comme l’uvéite ou une complication de la conjonctivite comme la kératite.

  • La douleur n’est pas un signe de conjonctivite
  • L’éblouissement n’est pas un signe de conjonctivite
  • La baise de vision n’est pas un signe de conjonctivite.

Conjonctivites infectieuses

Les conjonctivites infectieuses se rencontrent souvent dans un contexte hivernal. Elles sont évoquées par le caractère purulent des sécrétions et des paupières collées le matin. Les patients présentent parfois un fébricule, une toux ou d’autres symptômes d’infection virale. Bilatérales, elles sont évocatrices de conjonctivites virales. Unilatérales, de conjonctivites bactériennes.

Conjonctivite virale

C’est la plus fréquente des conjonctivites. Elle est extrêmement contagieuse et se rencontre souvent dans un contexte épidémique. Les virus comme ceux de la rougeole, de la varicelle et même du COVID peuvent être responsables de conjonctivites virales. Le traitement ne comportera pas d’antibiotiques.

Conjonctivite bactérienne

Nettement plus rares, les conjonctivites bactériennes ne touchent habituellement qu’un œil. Comme dans les conjonctivites virales, les sécrétions sont purulentes et caractérisées par un liquide épais et jaune. Le traitement aura recours à un antibiotique en collyres.

Conjonctivites et COVID

Au même titre que les autres virus, le CoVid-19 peut provoquer des conjonctivites, qui se rencontreraient dans 1 à 3% des cas de COVID. La contagion peut se faire par contact direct ou indirect avec des sécrétions oculaires infectées. En cas de conjonctivite et d’un test positif au COVID, il est recommandé de se laver les yeux au sérum physiologique 2 à 3 fois par jour.

Conjonctivite et kératite : la kérato-conjonctivite

La kératoconjonctivite à adénovirus est une forme de conjonctivite particulière, provoquée par un virus de la famille des « adénovirus », qui affecte la cornée. Cette forme de conjonctivite s’associe à une atteinte de la cornée, prenant le nom de « kératite ». Cette forme de conjonctivites peut provoquer d’authentiques baisses de vision dont la récupération visuelle est parfois longue à obtenir.

Traitement des conjonctivites infectieuses

  • Lavage des mains – Les conjonctivites étant très contagieuses, il est recommandé de se laver les mains régulièrement. Une éviction scolaire ou professionnelle peut être recommandée par votre médecin pour réduire la contagion
  • Lavages oculaires – Le lavage oculaire au sérum 3 à 4 fois par jour est le maître mot de toute conjonctivite. Il est utile pour chasser mécaniquement les micro-organismes responsables de l’infection
  • Collyres – Les conjonctivites virales se traitent par collyres antiseptiques. Les conjonctivites bactériennes par antibiotiques en collyres.

Conjonctivites allergiques

Le plus souvent, la conjonctivite allergique est saisonnière et débute autour du printemps.

  • Symptômes – Elle est souvent associée à une rhinite allergique (nez qui coule, éternuements…). Les deux yeux sont touchés, avec un larmoiement important et un prurit (démangeaisons).
  • Allergènes – La personne atteinte possède le plus souvent un terrain allergique connu et parfois un ou des allergènes identifiés dans l’air (pollens d’arbres ou d’herbacées par exemple). D’autres personnes sont concernées de manière plus constante tout au long de l’année. Dans ce cas, les allergènes responsables sont plus communément les acariens, les poussières, les moisissures…

Traitement des conjonctivites allergiques

  • Lavages oculaires – Les lavages oculaires au sérum physiologique sont essentiels pour chasser les allergènes.
  • Collyres – Les lavages s’accompagnent d’un traitement local par collyres anti-allergiques.
  • Anthihistaminiques – Le traitement peut associer des anti-histaminiques par voie orale dans certains cas.

Conjonctivites chez le bébé et l’enfant

  • Nouveaux-nés – Une conjonctivite néonatale, c’est-à-dire présente chez le nouveau-né jusqu’à 1 mois de vie, est rare mais potentiellement sévère. La contamination a lieu pendant l’accouchement lors du passage de la filière génitale par une transmission de la mère à l’enfant.
  • Nourrissons – Chez le nourrisson, elle est plus volontiers bactérienne. En effet, le bébé possède un système lacrymal dont l’anatomie favorise l’obstruction des canaux lacrymaux. Les sécrétions oculaires sont en quelque sorte bloquées et leur stagnation finit par favoriser l’infection. En cas de récidives fréquentes chez un nourrisson, il faut évoquer une obstruction du canal lacrymal.
  • Enfants – Chez l’enfant, la conjonctivite est le plus souvent virale. À cette période, il faut retenir le facteur contagiosité en raison de la diffusion facile par les contacts entre pairs (contact direct ou via un objet contaminé). Ce sont les virus infantiles qui conduisent le plus souvent à leur propagation.

Comment pratiquer les lavages oculaires ?

Avant d’appliquer le traitement, il convient d’effectuer, idéalement plusieurs fois par jour, un nettoyage minutieux des yeux au sérum physiologique, avec une compresse différente pour chaque œil. Une règle simple consiste à toujours réaliser le nettoyage de l’intérieur vers l’extérieur de l’œil pour éviter toute recontamination. 

Bien se laver les mains

Le lavage des mains avant et après est un pré-requis indispensable étant donné le risque de contagiosité de certaines formes de conjonctivite.

Questions fréquentes

Plusieurs fois par jour, nettoyer minutieusement les yeux au sérum physiologique, avec une compresse différente pour chaque œil, toujours de l’intérieur vers l’extérieur de l’œil. Il convient ensuite de déterminer la cause de la conjonctivite pour instaurer sans tarder le traitement adéquat, le plus souvent par des soins locaux.

Une conjonctivite, lorsqu’elle est bien traitée, ne dure pas plus de quelques jours. Mais il convient de bien en déterminer la cause, qui peut être infectieuse virale ou bactérienne, ou allergique.

La rougeur d’un ou des deux yeux est le symptôme le plus visible. Selon la cause, elle s’accompagne de larmoiement, de démangeaisons, d’un écoulement et d’une sensation de brûlure ou de « grains de sable » sous la paupière. Un œdème de la paupière peut y être associé et la personne peut ressentir une gêne à la lumière ou une vue brouillée.

La conjonctivite, lorsqu’elle est d’origine virale ou bactérienne, se transmet par contact avec des personnes infectées. Le contact peut se produire par le frottement des yeux ou par des postillons. Chez les enfants, la transmission peut se faire beaucoup plus rapidement notamment par les virus de la varicelle ou de la rougeole.

La conjonctivite peut être d’origine infectieuse ou allergique. Sous sa forme infectieuse, elle peut être bactérienne ou virale.

Il convient de bien nettoyer les yeux au sérum physiologique, avec une compresse différente pour chaque œil. Une règle simple consiste à réaliser le nettoyage de l’intérieur vers l’extérieur de l’œil. Il est ensuite important de déterminer la cause de la conjonctivite pour adopter un traitement médical, sous peine d’aggravation, de diffusion ou de recontamination.

Le symptôme le plus visible de la conjonctivite est la rougeur des yeux. Elle peut s’accompagner de larmoiement, de démangeaisons, d’un écoulement et d’une sensation de brûlure ou de « grains de sable » sous la paupière. Un œdème de la paupière peut y être associé et la personne peut ressentir une gêne à la lumière ou une vue brouillée.

Dr Romain Jaillant

Auteur

Dr Romain Jaillant

Ophtalmologiste à Paris, le Dr Jaillant est spécialiste des interventions de cataracte, rétine et de chirurgie réfractive. Il exerce au Centre Ophtalmologique Paris 17 - SOS Oeil.
Voir le profil

Publier un commentaire

* champs obligatoires