La tension – ou pression – intraoculaire (P.I.O.) correspond à la tension qui règne dans l’œil. Elle lui donne sa forme et peut être comparée à la pression d’un pneu ou d’un ballon de football. Elle est maintenue par la sécrétion constante du liquide qui baigne l’œil : l’humeur aqueuse. Habituellement située entre 10 et 15 millimètres de mercures, elle est la principale cause de glaucome lorsque sa valeur excède 21 millimètres de mercure. La tension intraoculaire se mesure au tonomètre. Elle est totalement indépendante de la pression artérielle.

hypertonie oculaire et glaucome
L’hypertonie oculaire fragilise le nerf optique

La tension oculaire en bref

  • Définition : pression à l’intérieur de l’œil
  • Mesure : tonomètre à air ou aplanation manuelle
  • Unité : millimètres de mercure (mmHg)
  • Valeur normale : entre 8 et 21 mmHg
  • Hypertonie oculaire (H.T.O.) : a partir de 21mmHg
  • Pathologie causée par l’H.T.O. : facteur de risque de glaucome
  • Causes de l’H.T.O. : idiopathique dans 80% des cas, cataracte, pigment
  • Facteur de risque d’H.T.O. : myopie, hypermétropie, hérédité
  • Relation entre H.T.O. et hypertension artérielle : aucune

Qu’est-ce que la tension oculaire ?

La tension oculaire correspond à la tension qui règne dans l’œil. Elle est maintenue par la sécrétion constante d’humeur aqueuse, qui remplit l’œil, par les corps ciliaires. L’évacuation de l’humeur aqueuse se fait dans le trabeculum, au niveau de l’angle iridocornéen, zone pathologique en cas de hausse de la tension. La valeur normale de la pression intraoculaire se situe entre 8 et 21mmHg. Elle est pathologique au-delà de 21mmHg, on parle alors d’hypertonie oculaire.

nerf optique et circulation d'humeur aqueuse glaucome
L’humeur aqueuse est sécrétée par les corps ciliaires et resorbée dans l’angle iridocornéen

Hypertension artérielle et hypertension oculaire

Il n’existe aucune relation entre l’hypertension intraoculaire et l’hypertension artérielle, qui sont deux notions et maladies parfaitement indépendantes.

La tonométrie : mesure de la tension intraoculaire

La mesure de la tension intraoculaire s’effectue au cabinet de l’ophtalmologue au moyen d’un «  tonomètre ». Il existe deux types de tonomètres :

  • Tonométrie à air – Il s’agit d’un examen de dépistage courant sans contact avec l’œil, perçu comme un souffle légèrement surprenant mais parfaitement indolore.
  • Tonométrie a aplanation manuelle – Il s’agit d’un examen manuel, l’ophtalmologue appliquant un cône sur l’œil après instillation d’un collyre anesthésique. Plus inconfortable que la tonométrie à air, la tonométrie manuelle est également plus précise.
mainpicture 01
Le tonomètre manuel permet une mesure précise de la tension

Qu’est-ce que la tension oculaire corrigée

La valeur de tension intraoculaire mesurée doit toujours être corrigée de l’épaisseur de cornée du patient (pachymétrie). En effet, une cornée épaisse est plus rigide et donne des mesures faussement élevées. À l’inverse une cornée fine est un piège, car elle peut masquer d’authentiques hypertonies.

Qu’est-ce que l’hypertonie oculaire ?

Une hypertonie oculaire se rencontre lorsque la pression intraoculaire corrigée excède 21mmHg. Cette hausse de pression intraoculaire peut être causée par différentes causes, qui trouvent généralement leur source dans un dérèglement de la résorption d’humeur aqueuse au niveau de l’angle iridocornéen.

Hypertonie oculaire, facteur de risque de glaucome ?

La hausse de la tension intraoculaire empêche la circulation normale du sang dans l’œil et peut abîmer le nerf optique constituant un facteur de risque de glaucome. Plus la tension oculaire est élevée, plus le risque de développer un glaucome est élevé. Cependant certains patients développent un glaucome alors que leur tension oculaire est normale et certains patients présentant une tension oculaire élevée ne développeront jamais de glaucome.

Symptômes et cause de la tension dans les yeux

Le glaucome chronique, une hypertonie asymptomatique

  • Mécanismes – Une réduction de la perméabilité du trabeculum, qui évacue l’humeur aqueuse, peut conduire à une hausse lente de la pression. Ce dérèglement, favorisé par l’existence d’une myopie et de facteurs héréditaires, est d’origine inconnue dans 80% des cas : on parle d’hypertonie essentielle. S’il est causé par la présence de pigments ou de dépôts, on parle d’hypertonie secondaire.
  • Symptômes Dans le cas d’un glaucome chronique, la hausse de la tension intraoculaire est très progressive et n’est souvent accompagnée d’aucun symptôme, ce qui constitue le piège de la maladie. Le dépistage de la tension intraoculaire est le seul moyen de s’apercevoir de la maladie.

Le glaucome aigu, une urgence ophtalmologique

  • Mécanismes – Chez certains patients, fréquemment hypermétropes, la survenue d’une cataracte réduit l’espace de résorption de l’humeur aqueuse dans l’angle iridocornéen. Si cet espace se ferme, une hausse très brutale de la pression intraoculaire survient, conduisant à la formation d’un glaucome aigu en quelques heures.
  • Symptômes – Dans le cas d’un glaucome aigu, la tension oculaire monte très soudainement et peut atteindre des valeurs jusqu’à 40 ou 50 mmHg et plus. Cette hausse s’accompagne de douleurs très importantes, d’une rougeur de l’œil, de vomissements et d’une vision floue. Il s’agit d’une urgence ophtalmologique absolue, conduisant à la cécité en quelques heures si elle n’est pas traitée.

L’importance du dépistage

Le dépistage régulier par un ophtalmologue est fondamental car lui seul pourra :

  • Dépister une hausse de pression intraoculaire non perceptible qui peut conduire à un glaucome chronique et à la cécité si elle n’est pas prise en charge.
  • Dépister un risque de glaucome aigu, qui doit conduire à la réalisation d’un laser préventif (iridotomie périphérique) pour éviter la survenue d’un glaucome aigu dont l’issue est souvent défavorable.

Traitement de l’hypertonie oculaire

Le traitement de l’hypertonie oculaire dépend de sa cause.

Hypertonie isolée

  • Surveillance – dans le cas d’une hypertonie isolée sans glaucome, c’est à dire sans altération du nerf optique ni du champ visuel, une simple surveillance annuelle est proposée.
  • Collyres – si l’hypertonie oculaire est importante, il existe un risque important de développer un glaucome et un traitement collyre préventif est proposé

Glaucome chronique

  • Collyres – Le glaucome chronique se traite par des collyres dans 95% des cas.
  • Laser – Dans certains cas, un laser (iridotomie périphérique ou SLT) pourra être proposé en substitution ou complément des collyres.
  • Chirurgie– Dans les cas résistants aux traitements par collyres, une opération sera proposée.

Glaucome aigu

  • Médicaments et laser – Le glaucome aigu est une urgence ophtalmologique. Il est traité par des médicaments (voie orale ou intraveineuse) et un laser par iridotomie périphérique. L’hospitalisation est parfois nécessaire.
  • Dépistage – Pour éviter la survenue d’un glaucome aigu, le dépistage reste la solution de choix.

Questions fréquentes

La valeur normale de la pression intraoculaire se situe entre 8 et 21mmHg. Elle est pathologique au delà de 21mmHg, on parle alors d’hypertonie oculaire.

Il n’existe pas de traitements naturels du glaucome. Cependant certaines études ont montré qu’une bonne hygiène de vie basée sur une alimentation équilibrée, riche en fruits et légumes et pauvre en graisses animales, ainsi qu’une activité physique régulière ralentissait l’évolution de la maladie.

Il n’existe aucune relation directe entre l’hypertension intraoculaire et l’hypertension artérielle. Cependant, certaines études montrent un léger surrisque de glaucome chez les patients hypertendus.

Dr Louis Debillon

Auteur

Dr Louis Debillon

Le Dr Louis Debillon est chirurgien ophtalmologue à Paris. Il est spécialiste de la chirurgie de la cataracte, du glaucome et de la rétine
Voir le profil

Publier un commentaire

* champs obligatoires