La lumière bleue est une lumière de haute énergie, émise par les écrans. Ses impacts sur le corps humain, notamment sur le cycle du sommeil, ne sont plus à démontrer. Au niveau oculaire, la fatigue visuelle (rougeur, picotements des yeux, maux de tête) et la toxicité potentielle de la lumière bleue poussent de plus en plus de gens à s’équiper de verres « anti-lumière bleue ».

lunettes
Les filtres anti-lumière bleue protègent des écrans

La lumière bleue en bref

  • Caractéristiques : lumière de haute énergie
  • Longueur d’onde : courte (~ 400 nm), proche des ultraviolets (invisibles)
  • Sources d’exposition : lumière naturelle (soleil), écrans LED
  • Perturbation du sommeil : avéré
  • Perturbation du rythme circadien : avéré
  • Responsable de fatigue visuelle : possible
  • Facteur de risque de cataracte : possible, non démontré
  • Facteur de risque de vieillissement rétinien : possible, non démontré
  • Protection : lunettes anti-lumière bleue, filtres de l’ordinateur

Une lumière de haute énergie

La lumière bleue correspond à la lumière de plus haute énergie visible par l’œil humain. Elle se caractérise par

  • une longueur d’onde faible (380 à 450 nanomètres)
  • un niveau d’énergie élevé.

L’œil humain pouvant percevoir les couleurs du spectre lumineux entre 400 et 700 nm, la lumière bleue est donc dans la partie basse de ce spectre, juste avant les Ultraviolets (UV), invisibles pour l’œil humain.

lumiere visible pour l’œil humain
Lumière visible pour l’œil humain

Un rayonnement produit par les écrans

Émise naturellement par les rayons du soleil, la lumière bleue est également produite de façon artificielle en quantité importante par les écrans d’ordinateurs. Les écrans à LED en particulier, sont éclairés grâce à des petites diodes monochromatiques (rouges, vertes et bleues) qui assurent la large palette de couleur à nos écrans. Cette technologie est associée à une production élevée de lumière bleue, exposant nos yeux de façon intense notamment à des heures où l’organisme ne devrait pas l’être, après le coucher du soleil par exemple.

lumière naturelle emission lumière bleue soleil
Spectre – Lumière naturelle
ecran led emission lumière bleue
Spectre – Lumière LED

Les symptômes d’une exposition excessive aux écrans

Picotements, rougeurs, larmoiements, sécheresse oculaire, voir maux de tête sont autant de symptômes que l’on peut percevoir après avoir passé du temps devant un ordinateur. Ces symptômes sont avant tout liés à l’effort de concentration soutenu en vision de près sur un écran.

  • Picotements, rougeur, larmoiement – Ils sont liés à la sécheresse des yeux, souvent causée par les environnements de travail climatisés et la réduction du clignement des paupières naturelle devant un écran.
    -> Accentués par la fatigue, ils sont idéalement soulagés par des larmes artificielles et les pauses.

  • Céphalées (maux de têtes) – Localisées au front et derrière les yeux, elles augmentent en fin de journée et avec la concentration. Elles sont liées à l’accommodation requise pour faire le point sur un écran et favorisées par les faibles hypermétropie faible.
    -> Elles seront soulagées par un écran placé loin (>70cm), des pauses en regardant au loin et le port de lunettes de repos si un ophtalmologue vous diagnostique hypermétrope.

  • Éblouissements – La lumière bleue peut être responsable d’éblouissements derrière un écran
    -> Ils seront soulagés par le port de filtres anti-lumière bleue

  • Douleurs cervicales – Elles sont liées à une mauvaise position de la tête, à la crispation et parfois au stress.
    -> L’écran doit être placé suffisamment haut.

  • Difficultés de sommeil – Elles sont liées à l’émission de lumière bleue.
    -> Elles sont réduites par le port de filtres anti-lumière bleue

Les risques pour les yeux d’une exposition à la lumière bleue

  • Fatigue visuelle – La lumière bleue est impliquée dans le phénomène de fatigue visuelle résultant d’une utilisation importante des écrans.
  • Maladies ophtalmologiques ? Si un risque accru de développer une cataracte ou une maladie de rétine comme la DMLA est évoqué par certains auteurs (suivant des observations chez l’animal), cette toxicité au long terme pour les yeux n’est pas démontrée à ce jour chez l’homme.

Pourquoi porter des filtres anti-lumière bleue ?

Les filtres anti-lumière bleue sont des filtres intégrés aux lunettes proposés par les opticiens pour réduire le passage de la lumière bleue qui parvient à l’œil et réduire les effets sur la santé de cette exposition. S’ils présentent l’inconvénient de « jaunir » l’image (couleur complémentaire du bleu), leur port est intéressant dans les cas suivants :

  • Réduction des perturbations induites sur les troubles du sommeil – Oui
  • Réduction de la fatigue visuelle – Oui, même s’il faudra avant tout vous assurer de corriger votre hypermétropie par une correction de repos si vous êtes hypermétrope (même faible)
  • Protection de l’œil sur le long terme – Le risque de développement précoce de cataractes ou troubles de la rétine consécutifs à l’exposition à la lumière bleue des écrans n’étant qu’une hypothèse à ce jour non démontrée, le bénéficie des filtres anti-lumière bleue à ce titre est à considérer par chacun selon son regard sur l’application du principe de précaution.

La lumière bleue, régulateur du cycle du sommeil

  • La lumière bleue, et son absence, permettent de réguler le cycle « circadien », qui est comme l’horloge interne du corps humain (horloge biologique). Pour notre organisme, l’absence de lumière bleue signifie que le soleil est déjà couché. Ce signal permet au cerveau de déclencher la production de « mélatonine », l’hormone du sommeil. En s’exposant à de la lumière bleue à des heures tardives, nous empêchons notre cerveau de produire de la mélatonine, en lui « faisant croire » que le soleil n’est pas encore couché.
  • La lumière bleue aurait également un rôle de régulation de l’humeur puisque sa privation entraînerait un risque accru de développer une dépression *.

Lunettes de repos, fatigue visuelle et filtres anti-lumière bleue

  • La fatigue visuelle est un terme générique pour désigner les troubles de vision liés à la concentration : maux de têtes, picotements oculaires… Ces troubles sont pour la plupart amplifiés par une hypermétropie latente qui sollicite un effort de « mise au point » constant (dit accomodation). Ils peuvent alors être soulagés en portant des lunettes de repos qui soulagent cet effort.
  • Les lunettes de repos sont les verres corrigeant les hypermétropies et astigmatismes faibles. Ces lunettes n’ont pas pour dessein d’améliorer la netteté visuelle, mais de réduire la fatigue visuelle, notamment en vision de près.
  • Les filtres anti-lumière bleue sont des filtres qui peuvent être ajoutés à toute correction optique, pour réduire le passage de la lumière bleue.

En pratique, les utilisateurs assidus d’écrans gênés visuellement feront souvent le choix d’une correction de repos munie d’un filtre anti-lumière bleue

Travail devant un écran : des actions de prévention efficace

Que l’on présente, ou non, des symptômes de fatigue visuelle, ces pratiques aident à protéger les yeux :

  • Gardez de la distance avec les écrans. Idéalement, 60-70 cm. Il est également judicieux d’utiliser le « zoom » pour mieux voir de loin.
  • Travaillez dans une pièce éclairée. Le contraste entre la luminosité de la pièce et celle de l’écran doit être minimisé. Dans un environnement sombre, les pupilles sont dilatées (état de mydriase) ce qui aura pour effet de fatiguer l’œil.
  • Faites des pauses régulièrement. Toutes les deux heures, regardez au loin pour vous détendre et éviter d’avoir une vision floue à la fin de la journée. La règle des 20 – 20 – 20 est particulièrement efficace : toutes les 20 minutes, on regarde à une distance de 20 pieds (soit 6 m) pendant 20 secondes.
  • Clignez souvent des yeux. Ce réflexe permet de les humidifier et d’éviter les picotements.
  • Louchez ! Cette pratique permet de travailler la convergence des yeux.
  • Portez des lunettes de repos. N’hésitez pas à consulter un ophtalmologue, il saura trouver la correction qui vous convient le mieux.

Questions fréquentes

Une éventuelle toxicité de la lumière bleue pour les yeux, et plus spécifiquement dans l’apparition précoce de cataracte ou de maladies de la rétine, n’a pas été démontrée malgré de nombreuses études.

Les filtres et lunettes anti lumière bleue permettent de filtrer la lumière bleue, ce qui peut avoir un intérêt pour préserver son cycle du sommeil (rythme circadien), mais les couleurs seront altérées. Cependant les filtres et lunettes anti lumière bleue ne résoudront pas les problèmes liés à l’effort de mise au point et l’absence de clignement causés par un travail intense sur des écrans.

La lumière bleue, et son absence, permettent à l’organisme de réguler son horloge interne. En effet, lorsque le soleil est couché, l’organisme ne reçoit plus de lumière bleue, et commence à produire de la mélatonine. S’exposer à de la lumière bleue après le coucher du soleil dérégule ce processus.

La lumière bleue, lumière de faible longueur d’onde et de haute énergie, provient principalement du sommeil. Elle constitue la partie basse du spectre des couleurs visibles par l’œil humain, juste avant les ultraviolets.

Dr Romain Jaillant

Auteur

Dr Romain Jaillant

Ophtalmologiste à Paris, le Dr Jaillant est spécialiste des interventions de cataracte, rétine et de chirurgie réfractive. Il exerce au Centre Ophtalmologique Paris 17 - SOS Oeil.
Voir le profil

Publier un commentaire

* champs obligatoires