La toxine botulique, connue aussi sous le nom de Botox®, permet le relâchement des muscles de la face, afin de diminuer les rides d’expression lors de la mimique et d’estomper les rides de repos. L’acide hyaluronique permet de combler les zones creuses, les rides profondes et sillons qui marquent le visage, le plus souvent avec l’âge. En effacant les rides et redonnant du volume aux parties maigres ou amaigries du visage, on obtient un visage lisse et plein, synonyme de jeunesse. Ces deux produits permettent de traiter au niveau péri-oculaire (autour de l’œil) : les rides du lion, de la patte d’oie, et du front, la forme et la position du sourcil et des paupières, ainsi que les cernes, et les pommettes. Les injections sont réalisées par les chirurgiens, plasticiens, ophtalmologistes, ORL et par les dermatologues, le plus souvent au cabinet médical, mais en conditions stériles. Les complications graves liées aux injections sont rares et les produits sont naturellement éliminés par le corps : les patients sont donc amenés à répéter les séances régulièrement, afin d’en conserver les bénéfices dans le temps.

injection esthetique botox acide hyaluronique paupière
Injection de paupière

Injections de toxine botulique et acide hyaluronique en bref

  • Indications : rides du lion, de la patte d’oie, du front, chute du sourcil, cernes, sillons
  • Efficacité : effet rajeunissant par atténuation des rides, comblement des sillons et creux
  • Age de début : à 18 ans pour corriger un complexe, ou dès l’apparition des premières rides
  • Déroulement : 1ère consultation de diagnostic, puis séance d’injection de 10 à 30 min
  • Convalescence : œdèmes et hématomes aux points d’injection pendant 2 à 7 jours
  • Délai d’action : Immédiate pour l’acide hyaluronique, 7 à 10 jours pour la toxine botulique
  • Prix : 200 à 400 € en moyenne, selon la quantité de produit utilisée et les zones à traiter
  • Re traitement : 3-6 mois pour la toxine botulique, 4-18 mois pour l’acide hyaluronique
  • Complications : œdème, ecchymoses, insatisfaction du patient, allergie, infection, nécrose

Qu’est ce que la toxine botulique « Botox®« ?

La toxine botulique, communément appelée Botox (qui est à l’origine le nom commercial de la première toxine botulique utilisée en médecine, aux USA), est une substance qui a pour action de diminuer la force de contraction des muscles. Il en existe plusieurs types, qui sont synthétisées par différentes bactéries de la famille des Clostridium Botulinum. C’est la toxine botulique de type A qui est utilisée pour la pratique médicale, initialement pour traiter des pathologies musculaires spasmodiques telles que le blépharospasme, le spasme hémifacial, le strabisme, ou encore la migraine. L’application à l’esthétique a été découverte façon fortuite, dans les années 80, lorsqu’une ophtalmologiste canadienne s’est rendue compte que les patients qui étaient traités par Botox®, pour un blépharospasme, étaient beaucoup moins marqués par les rides, ce qui leur donnait un aspect serein, et regard rajeuni. En effet, l’injection de faibles doses de toxine botulique dans les muscles du front, des paupières et des sourcils, atténue les rides d’expression verticales et horizontales de la région péri-oculaire (rides du lion, rides de la patte d’oie, et rides frontales), et estompe les rides de repos. En plus de cet effet rajeunissant, la toxine botulique a également un protecteur contre le vieillissement, puisqu’elle ralentit l’apparition de rides définitives, lorsque les injections sont débutées tôt, dès l’apparition des premières rides ou ridules. La toxine botulique est naturellement dégradée dans les tissus, ce qui nécéssite une répétition des injecions, en moyenne tous les 3 à 6 mois pour en maintenir l’effet.

BOTOX® aux USA, AZZALURE®, BOCOUTURE® et VISTABEL® en France

Botox® est en réalité une marque de toxine botulique. C’est la marque américaine, la première apparue sur le marché et n’est commercialisée qu’aux USA. En France, on emploie le terme « Botox » pour désigner la toxine botulique de façon générique, mais les marques de toxine utilisées en France en esthétique sont : AZZALURE®, BOCOUTURE® et VISTABEL®.

Qu’est-ce que l’acide hyaluronique ?

L’acide hyaluronique est un composant naturellement présent dans l’organisme, largement répandu dans nos différents tissus, principalement au niveau de la peau et du squelette. Il doit son nom au fait qu’il a été initialement isolé dans l’humeur vitrée de l’œil qui en contient une très grande concentration (Yalos = vitreux en grec). L’acide hyaluronique joue plusieurs rôles clés dans l’organisme, en améliorant la qualité de la peau (hydratation, tonicité), luttant contre le vieillissement (stress oxydatif) et protégeant les articulations. Ses premières utilisations médicales l’ont été en chirurgie ophtalmologique, puis en rhumatologie pour traiter les articulations. L’acide Hyaluronique utilisé en médecine est extrait à partir de crêtes de coq, ou synthétisé par fermentation bactérienne : il s’agit donc d’un dispositif médical. Son usage a aujourd’hui largement infiltré les pratiques de la médecine esthétique, principalement pour combler les rides, redonner du volume aux zones creuses ou fines du visage, et améliorer la qualité de la peau. L’effet recherché est d’obtenir un visage « plein », « lisse » avec une belle peau, synonyme de rajeunissement. En pratique, l’acide hyaluronique peut servir à combler les rides du lion, les cernes creux, les pommettes tombantes, les sillons naso-géniens, les lèvres trop fines, ou les joues tombantes. La majorité des acides hyaluroniques se résorbe naturellement avec le temps, ce qui nécessite des injections à intervalles réguliers 4 à 18 mois, pour en maintenir l’effet.

Il n’existe pas UN mais DES Acides Hyaluroniques

Les acides hyaluroniques diffèrent par deux caractéristiques, qui permettent au médecin de choisir le bon produit pour chaque traitement :

La réticulation : plus un acide hyaluronique est réticulé, moins vite il sera dégradé, ce qui lui confère une grande stabilité dans le temps, donc un effet prolongé.

Leur poids moleculaire : plus le poids moléculaire d’un acide hyaluronique est élevé, plus il sera volumateur, donc aura un effet plus marqué.

Pourquoi faire des injections péri-oculaires?

Le processus naturel du veillissement du visage implique principalement un relâchement global des tissus avec une une chute progressive due à la gravité, une fonte des graisses du visage (amaigrissement) avec parfois migration vers le bas, ainsi qu’un amincissement de la peau, qui va progressivement se marquer de plis (rides), causés par l’activité des musculaire de la face (mimiques).

Les principales indications des injections sont le traitement des :

  • Rides du Lion – (ou rides du myope), sont des plis verticaux entre les les deux sourcils, causées par la contraction des muscles de la glabelle et du sourcil. Elles entraînent un regard sévère, sourcils froncés.
  • Rides de la patte d’oie – (ou rides du sourire), sont sont des plis horizontaux entre les yeux et la tempe, causées par la contraction du muscle des paupières.
  • Rides du front – (ou rides de l’étonné), sont des plis horizontaux sur le front, causées par la contraction du muscle du front. Ce sont souvent celles qui apparaissent le plus précocément, et qui sont les plus visibles.
  • Chute ou ascension du sourcil – (regard triste ou perplexe), est la conséquence d’un déséquilibre entre le muscle du front, qui élève le sourcil, et le muscle de la paupière qui l’abaisse.
  • Cernes creux – (regard squelettisé, ou fatigué), sont la conséquence d’une inadéquation entre la taille de l’orbite qui est trop grande pour son contenu (le globe oculaire entouré de sa graisse) qui n’est pas assez volumineux. Il en resulte cet aspect de regard creux, avec un bord inférieur osseux de l’orbite, qui est très marqué, surtout près du nez, et souvent une pigmentation donnant un aspect sombre à la paupière inférieure.

Toxine botulique ou acide hyaluronique?

Les rides du front, du lion et de la patte d’oie sont préférentiellement traités par toxine botulique. Lorsque les patients sont plus âgés et/ou que ces rides sont très marquées, on peut encore améliorer le rendu avec un traitement complémentaire par acide hyaluronique.

La chute de la queue du sourcil est préférentiellement traitée par injection d’acide hyaluronique, tandis que l’ascension du sourcil est elle, traitée par toxine botulique.

Le cerne creux est traité par acide hyaluronique, aussi bien en paupière supérieure ou inférieure. Les petites ridules sur les paupières inférieures sont traitées par toxine botulique.

À quel âge démarrer les injections ?

Les traitements par toxine botulique et/ou acide hyaluronique, à visée esthétique ne peuvent pas être pratiqués chez les patients de moins de 18 ans.

Les plus précoces sont en général les demandeurs de comblement par acide hyaluronique, principalement pour corriger des complexes qui n’ont pas de rapport avec le vieillissement (augmentation du volume des lèvres, correction du dos du nez ou du menton). Ceux-ci consultent de plus en plus jeunes, en général à partir de 20 ans.

Viennent ensuite les demandeurs de traitement préventif des rides, dès l’apparition des premiers signes de vieillissement, en général entre 25 et 30 ans. En effet, il est désormais bien connu que, plus tôt les injections de Botox sont débutées, meilleurs sont les résultats à long terme.

Enfin, la majorité des patients poussent la porte du cabinet de médecine esthétique à partir de 35-40 ans, lorsque les signes de vieillissement commencent à être plus évidents.

Les patients de plus de 50 ans, sont le plus souvent éligibles à des techniques chirurgicales, même si la tendance est en train de s’inverser ces dernières années, avec l’essor de la médecine esthétique.

Les injections pour freiner les processus et stigmates du vieillissement

Les injections de toxine botulique, lorsqu’elles sont débutées avant que n’apparaissent les rides de repos, permet de garder un visage lisse plus longtemps dans dans le temps, en retardant l’apparition des rides. En général à partir 25 ans, même si cet âge peut varier en fonction des mimiques naturelles de chacun, de l’exposition solaire, et de la génétique.

En plus de son effet de réjuvénation (amélioration de l’hydratation, de la trophicité, et stimulation du renouvellement cutané), l’acide hyaluronique a également la capacité de piéger les radicaux libres oxydants, qui participent au vieillissement des tissus. Ces effets conjugués ont pour conséquence, un ralentissement des stigmates du vieillissement.

Quand ne pas faire d’injections ?

Les contre-indications aux injections de toxine botulique sont peu nombreuses. Il s’agit principalement des maladies neuro-musculaires (myasthénie, myopathies, syndrome de Lambert-Eaton), de la prise de certains antibiotiques (aminosides, chloroquine), immunosuppresseurs (ciclosporine, D-Penicillamine), ou anticoagulants. Il faut également éviter ces injections en cas de grossesse ou d’allaitement, en cas d’infection évolutive, ou d’allergies à l’un des composants, notamment l’albumine.

Les contre-indications aux injections d’acide hyaluronique sont également rares, pouvant être d’ordre local, liées au site d’injection ou d’ordre général. Les principales contre-indications locales sont, une infection cutanée récente ou évolutive, la présence de cicatrices pré-existantes, et la présence d’un produit de comblement non résorbable précédemment injecté. Sur le plan général, la prise de médicaments anticoagulants et des antécédents allergiques sévères (anaphylaxie, oedème de quincke), ou aux produits anesthésiques interdisent les injections d’acide hyaluronique.

Les injections sont des actes nécessitant une expertise médicale

La pratique des injections de toxine botulique et d’acide hyaluronique nécéssite une bonne connaissance de l’anatomie, de la physiologie, du dossier médical du patient que l’on injecte et enfin des produits utilisés avec leurs indications et contre-indications. Seul un médecin ou un chirurgien formé et qualifé détient toutes ces connaissances à la fois.

Ne pas maîtriser tous ces paramètres peut avoir plusieurs conséquences :

  • Erreur d’indication : résultat différent de celui attendu, donc insatisfaction du patient
  • Mise en danger du patient : injection dans la mauvaise zone, ou du mauvais produit
  • Prévention des complications évitables : en ignorant certaines contre-indications

Déroulement des injections

Les injections sont réalisées au cabinet médical, en conditions stériles. Le traitement dure 15 à 30 minutes, selon les zones à traiter et les produits utilisés. Il est ensuite possible de rentrer à domicile non accompagné, même en transports en commun.

Se préparer

  • 10 jours avant la séance d’injections : il est conseillé d’arrêter la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (Ibuprofène) ou de vitamine C.
  • 7 jours avant la séance d’injections : la prise d’aspirine doit être arrêtée dans la mesure du possible, avec avis du cardiologue ou du médecin traitant. Le but étant de minimiser le risque d’hématome.
  • Le jour de la séance d’injections :
    • Il est recommandé de ne pas consommer d’alcool, ni s’exposer au soleil pour éviter la vasodilatation.
    • Il est important de se présenter soigneusement démaquillé(e), visage lavé au savon.
    • Un accompagnant n’est pas nécessaire, mais est préférable au moins pour les premières séances.
    • Un consentement éclairé écrit doit être lu et signé par le patient, qui pourra en profiter pour poser toutes les questions nécessaires avant la première injection.

Les étapes du traitement

  • Avant la séance :
    • Une crème anesthésique peut être posée sur les points d’injection 1 heure avant la première séance. Une petite poche glacée peut également être appliquée sur la peau quelques secondes avant chaque injection.
    • Ces mesures visent à diminuer la sensibilité de la peau avant l’injection, mais le bénéfice est en réalité plus psychologique que physique, car ces injections sont pour la plupart, quasiment indolores.
  • Le déroulement des injections de toxine botulique suit les principes suivants :
    • Le patient est installé dans un fauteuil enveloppant et confortable en position demi-assise.
    • La peau est soigneusement désinfectée.
    • Le médecin procède au marquage des points à injecter, puis en utilisant aiguille extrêmement fine, injecte quelques millilitres de produit au niveau des points pré-déterminés.
    • Pour limiter les ecchymoses ou hématomes, le médecin applique du froid sur les points de ponction
    • La peau est ensuite nettoyée, et la séance terminée.
  • Le déroulement des injections d’acide hyaluronique suit les principes suivants :
    • Le patient est installé dans un fauteuil enveloppant et confortable en position demi-assise.
    • La peau est soigneusement désinfectée.
    • Le médecin procède au marquage des points à injecter, puis en utilisant aiguille fine ou une canule, injecte le produit dans les zones pré-déterminées.
    • Pour favoriser la bonne répartition du produit, le médecin applique un doux massage des zones injectées pendant quelques secondes. L’utilisation du froid peut aussi aider à limiter les ecchymoses.
    • Le contrôle du résultat se fait au fur et à mesure de la séance, le médecin montrant au patient son image dans un miroir, afin que celui ci décide des éventuels ajustements.
    • La peau est ensuite nettoyée, et la séance terminée.

Soins post-injection et convalescence

Après une injection de toxine botulique, il est fréquent d’observer des petits oedèmes ou rougeurs, aux points de ponction. Dans de rares cas, certains patients peuvent avoir des maux de tête, mais le plus souvent, la relaxation musculaire obtenue fait disparaître les céphalées, notamment chez les migraineux.

Il est conseillé après une séance d’injections :

  • De ne pas s’exposer au soleil, d’éviter la consommation d’alcool, le Sauna et le Hammam dans les 48 heures qui suivent, à cause du risque de perte d’efficacité et d’hématome.
  • De ne pas faire de sport pendant 48 heures, de ne pas masser les points d’injection ni de poser quoi que ce soit sur la tête ou le visage (casque, foulard, bandeau, masque), au risque de faire migrer le produit donc d’avoir un effet au-delà de la zone traitée.
  • En cas d’ecchymoses, de s’appliquer une poche froide sur les sites d’injection dans les heures qui suivent, ainsi qu’une crème à base d’Arnica.

Après une injection d’acide hyaluronique, peut apparaître un gonflement (oedème), la plupart du temps discret, sauf dans le cas particulier des lèvres. Ce gonflement peut se majorer dans les 48 heures qui suivent, avant de se normaliser en quelques jours plus tard. Par ailleurs, il peut y avoir des petites ecchymoses aux points d’injection.

Ainsi il est recommandé après la séance d’injections :

  • De ne pas s’exposer au soleil, d’éviter la consommation d’alcool, le Sauna et le Hammam dans les 48 heures qui suivent.
  • De ne pas faire de sport pendant 48 heures.
  • D’éviter les traitements par laser ou les peelings ablatifs pendant 4 à 6 semaines
  • D’éviter les nettoyages de la peau intempestifs : se laver le visage à l’eau claire et au savon doux uniquement 1 fois par jour, et appliquer une crème hydratante.
  • En cas d’ecchymoses, de s’appliquer une poche froide sur les sites d’injection dans les heures qui suivent, ainsi qu’une crème à base d’Arnica.

Pas ou peu d’éviction sociale après une séance d’injections

Il n’y a habituellement pas d’eviction sociale après une séance d’injection de toxine botulique ou d’acide hyaluronique, le patient pouvant reprendre ses activités dès le lendemain. En cas d’hématome visible et gênant, en plus de l’application de froid et de crème à l’Arnica, un traitement par Arnica en gelules aide a accélérer la récupération. Il existe une astuce pour masquer un hématome gênant : l’application d’un stick correcteur jaune pendant quelques jours. Le maquillage est possible dès le lendemain de la séance.

Durée d’efficacité des injections

Les produits injectés sont naturellement dégradés et éliminés par notre corps. Ce phénomène, conjugué au vieillissement naturel qui se poursuit, explique la diminution progressive et systématique de l’effet des injections, donc la nécessité de les répeter.

Pour la toxine botulique, la fréquence des injections pour obtenir le même effet, varie de 3 à 6 mois, en fonction de plusieurs critères :

  • L’âge : plus l’âge est avancé, plus les injections sont fréquentes
  • La zone injectée selon le patient : plus la zone est sollicitée par la mimique naturelle du patient, plus les injections seront fréquentes
  • L’exigence de chaque patient : les patients qui veulent garder un très beau résultat en permanence redemanderont plus vite une nouvelle injection que les autres.

Pour l’acide hyaluronique, la fréquence des injections varie surtout en fonction du type de produit, de la quantité et de la zone injectée. La durée moyenne du résultat visible est de 6 mois, mais en réalité, varie entre 4 et 18 mois.

Risques et dangers des injections

il faut distinguer, les véritables complications qui peuvent être graves, mais heureusement très rares dans les mains de praticiens expérimentés, des effets secondaires qui eux sont moins rares, mais souvent bénins et réversibles.

Les effets secondaires les plus fréquents sont communs aux injections de toxine botulique et acide hyaluronique : il s’agit des ecchymoses et hématomes, dont l’évolution en général n’excède pas 8 jours.

Les effets secondaires propres aux injections de toxine botulique sont : la réaction allergique, la diffusuion avec un effet qui est plus important que l’effet recherché initialement, l’infection locale, la surcorrection, ou la sous correction.

Les effets secondaires propres à l’acide hyaluronique sont l’oedème, la pigmentation bleue visible à travers la peau, l’inflammation chronique donnant des granulomes (boules sous la peau) l’infection, la nécrose (le plus grave). L’occlusion de l’artère centrale de rétine, donnant une cécité en quelques minutes est très rare.

L’insatisfaction esthétique aussi bien après injections de toxine botulique ou d’acide hyaluronique, est pltôt un évènement indésirable. Elle est bien souvent due à une incompréhension entre le praticien et le patient quant aux attentes de ce dernier, ou alors à un défaut d’information préalable.

Injections d’acide hyaluronique : banalisées mais loin d’être banales…

Avec la généralisation des injections d’acide hyaluronique, la disponibilité des produits hors circuit médical et le nombre grandissant des pratiques clandestines, les complications liées à ces injections sont de moins en moins rares. La nécrose de la peau (mort des tissus), la cécité sont des complications qui doivent être diagnostiguées et gerées très rapidement pour avoir un espoir de récupération. Nous ne saurions insister davantage sur la nécéssité de faire pratiquer ces injections par un professionnel.

Questions fréquentes

Les injections de toxine botulique (Botox) sont le moyen le plus sûr et le plus rapide pour faire disparaître les rides. Lorsqu’elles sont très profondes, on peut faire en complément des injections d’acide hyaluronique.

La ride du lion est un pli vertical qui apparaît entre les deux sourcils lorsque l’on fronce les yeux. Avec le temps, ce pli devient permanent marquant le visage même sans froncer les sourcils.

Les rides de la patte d’oie sont des plis horizontaux qui entourent l’œil sur les côtés, principalement lors du sourire. Avec le temps, ces plis deviennent permanents et marquent le visage même au repos.

Les injections de toxine botulique (Botox) sont le moyen le plus sûr et le plus rapide pour faire disparaître les rides de la patte d’œil. Lorsqu’elles sont plus marquées, on peut faire en complément des injections d’acide hyaluronique.

En moyenne ces injections coûtent entre 200 et 400€. Cela dépend du praticien (car les honoraires sont libres), du type d’injections, et de la quantité de produit utilisée.

Appliquer une poche froide et de la crème à base d’arnica sur la peau. Prenez des gélules d’arnica et maquillez avec un stick correcteur jaune.

Sources

Dr Ludovic N’Kosi

Auteur

Dr Ludovic N’Kosi

Ophtalmologiste à Paris, le Dr N'Kosi est spécialiste des interventions de cataracte, paupière et de chirurgie réfractive. Il exerce au Centre Ophtalmologique Paris 17 - SOS Oeil.
Voir le profil

Publier un commentaire

* champs obligatoires