Les lésions de paupière sont appelées tumeur. On distingue ensuite celles ayant une origine cancéreuse (tumeurs malignes) et les non-cancéreuses (tumeurs bénignes). En forme de boule régulière ou non, parfois sécrétante ou inflammatoire, les lésions spontanées des paupières sont d’un motif fréquent de consultation en ophtalmologie. Heureusement leur immense majorité sont des chalazions, kyste bénin, pouvant être laissées sur la paupière sans danger. Les tumeurs bénignes persistantes peuvent être traitées au laser, ou retirées par une petite chirurgie. Cependant certaines sont malignes et agressives pour la paupière et l’orbite. Elles nécessitent le plus souvent une biopsie pour analyse et une chirurgie complexe.

Tumeurs et lésion de la paupière

  • Définition : grosseur bénigne ou maligne de la paupière
  • Causes : glande obstruée, infection, prolifération de cellules
  • Lésions bénignes : chalazion orgelet, kyste, papillome, nævus
  • Lésions malignes : carcinome basocellulaire, spinocellulaire, mélanome
  • Fréquence : bénigne > 95 %
  • Traitements : abstention, exérèse chirurgicale, laser ou cryothérapie (froid)
  • Complications : extension à l’orbite et à l’œil, infection, saignement

Qu’est-ce qu’une tumeur de paupière ?

Les tumeurs de paupières désignent l’ensemble des lésions cancéreuses ou non de la région péri-oculaire. Elles touchent principalement la face antérieure (peau) de la paupière, mais peuvent également se présenter sur le bord de la paupière ou sur la conjonctive (sous la paupière). 

Les tumeurs de paupières font partie du champ de compétence de l’ophtalmologiste oculoplasticien, c’est-à-dire spécialiste de la paupière et de l’orbite.

Symptômes

Les tumeurs de paupières sont le plus souvent indolores, mais visibles à l’œil nu. Elles concernent le plus souvent la paupière inférieure et peuvent tirer dessus, entraînant un ectropion et un larmoiement.

En cas de surinfection de la lésion (cellulite), une rougeur et une douleur peuvent apparaître.

Si la tumeur atteint le bord de la paupière, ou est située sur la conjonctive, elle peut frotter sur l’œil au clignement et entraîner des symptômes d’ulcère de cornée : douleur, rougeur, photophobie, larmoiement et baisse de vision.

Causes et facteurs de risque

Certaines lésions des paupières sont favorisées par l’exposition au soleil. Elles touchent tout particulièrement les patients ayant une peau claire.

Certaines pathologies génétiques avec retentissement cutané, tel que le syndrome de Gorlin, sont également pourvoyeuses de tumeurs palpébrales.

Les différentes lésions des paupières

Les lésions bénignes les plus courantes sur les paupières et la région péri oculaire sont :

  • Le chalazion – Kyste contenant du meibum (corps gras) représente l’immense majorité des lésions rencontrées.
  • Le papillome – Excroissance veruforme liée à certains papillomavirus.
  • Le nævus – Grain de beauté.
  • La kératose séborrhéique – Multiplication de cellules de la peau sur une zone donnée.
  • Les kystes de Zeiss ou Moll – Kyste contenant de l’eau ou du liquide séreux.

Les tumeurs malignes des paupières sont, dans l’ordre, les plus fréquentes et les moins fréquentes : 

  • Le carcinome basocellulaire – Cancer de la peau le plus fréquent, favorisée par l’exposition au soleil. Il correspond à une dégénérescence maligne de cellules profondes de la peau. Son évolution est lente, locale et les métastases rares. Son pronostic est correct.
  • Le carcinome épidermoïde – Il s’agit du second cancer le plus fréquent sur les paupières. Il correspond à une prolifération des cellules squameuses de la peau. Il est plus agressif que le basocellulaire, d’évolution plus rapide, et à risque de métastases. Son pronostic est plus réservé.
  • Le carcinome sébacé – Il ressemble le plus souvent à un orgelet ou un chalazion chronique, ne passant pas sous traitement. Son diagnostic est donc souvent tardif, car initialement confondu avec une tumeur bénigne et fréquente. Son agressivité est importante. Il attaque les autres structures de la paupière, l’œil, et métastase. Son pronostic est très réservé.

Les paupières peuvent être le siège d’autres lésions, tels que les lymphomes ou des tumeurs rares.

Traitements et chirurgies

Le traitement des tumeurs bénignes repose sur la surveillance ou leur retrait chirurgical. Concernant les tumeurs malignes, leur prise en charge est plus complexe. Les décisions thérapeutiques se font sur la base de concertations pluridisciplinaires.

Les techniques utilisées sont :

  • L’exérèse chirurgicale – Le chirurgien retire simplement la lésion si elle est bénigne. En cas de lésion maligne, toute la tumeur plus une marge de sécurité importante sont retirées. En cas de tumeur de grande taille, des gestes de reconstruction appelés lambeaux sont fréquemment utilisés pour couvrir la perte de tissu.
  • Le laser – Le laser argon délivre une énergie lumineuse et thermique pour “brûler” la lésion.
  • La cryothérapie – Une sonde métallique reliée à une bonbonne de froid détruit les cellules.
  • La radiothérapie – Des rayons X sont utilisés pour induire la mort des cellules de la tumeur.
  • La chimiothérapie topique – Une crème ou pommade contenant une chimiothérapie est appliquée directement sur la tumeur.

Pronostic

Le pronostic des tumeurs de paupières est étroitement lié à la cause. Ainsi les tumeurs bénignes sont toujours de bon pronostic, et à faible risque de dégénérer en tumeur maligne.

Pour les lésions cancéreuses, c’est leur degré d’agressivité local et le risque de métastases, qui forgent le pronostic.

Même si les pertes de l’œil et les décès sont rares, ils n’en demeurent pas moins inexistants.

Complications

Il faut distinguer les complications liées à la gravité de la tumeur, et celles liées à la chirurgie.

  • La dégénérescence – Passage d’une tumeur bénigne à une tumeur maligne(extrêmement rare). La situation se retrouve néanmoins sur les nævi et la kératose séborrhéique. Un suivi rapproché permet de prendre le problème précocement.
  • L’extension – Les tumeurs malignes peuvent quant à elle évoluer localement, envahissant l’œil et l’orbite. Elles peuvent également métastaser et diffuser à l’ensemble du corps.

La chirurgie peut également entraîner des complications, notamment en cas de tumeurs malignes :

  • Résection incomplète – Des cellules tumorales restent, entraînant une récidive locale de la tumeur.
  • Saignement et infection
  • Rétraction – La cicatrice générée et le tissu retiré peuvent modifier les forces de tension sur la paupière, entraînant des rétractions et des troubles de la statique palpébrale : encoche, ectropion, entropion,…

Questions fréquentes

Pour certaines oui ! Cependant la grande majorité des lésions de paupière se retirent chirurgicalement. Les petites lésions bénignes peuvent cependant être vaporisées au laser Argon.

Il n’est pas toujours facile de reconnaître un cancer de la paupière. Cependant certaines caractéristiques peuvent orienter vers une lésion maligne :

  • Le caractère évolutif
  • Les remaniements cutanés : ulcère, saignement, …

 

Dr Ludovic N’Kosi

Auteur

Dr Ludovic N’Kosi

Ophtalmologiste à Paris, le Dr N'Kosi est spécialiste des interventions de cataracte, paupière et de chirurgie réfractive. Il exerce au Centre Ophtalmologique Paris 17 - SOS Oeil.
Voir le profil

Publier un commentaire

* champs obligatoires