Qualidoc, c’est un label d’ophtalmologie qui propose des articles d’information et un annuaire d’ophtalmologues chirurgiens partout en France.

Pourquoi consulter un ophtalmologue ?

La consultation d’ophtalmologie nourrit deux objectifs :

  • Mesurer la vision, pour pouvoir prescrire si besoin des lunettes ou des lentilles
  • Dépister les maladies de l’œil silencieuses comme le glaucome

Comment se déroule la consultation avec un ophtalmologue ?

Les principales étapes d’une consultation d’ophtalmo sont les suivantes

  • Mesure de la vision objective à l’aide d’un autoréfractomètre au cours de laquelle il vous sera demandé de fixer la fameuse montgolfière
  • Mesure de la vision subjective au cours de laquelle il vous sera demandé de déchiffrer des textes en vision de loin et de près, à partir d’un certain âge.
  • Prise de la tension intraoculaire à l’aide du tonomètre (souffle d’air souvent couplé à l’autoréfractomètre)
  • Examen à la lampe à fente
  • Examen du fond d’œil, dans certains cas uniquement
  • Pratique d’examens complémentaires, comme la réalisation d’un OCT, d’une rétinophoto, d’une topographie cornéenne, selon l’examen clinique.

Consultation aidée : le domaine de l’orthoptiste

Pour accroître le temps médical (temps qualitatif passé auprès des patients) et contribuer à désengorger l’accès aux rendez-vous, de plus en plus d’ophtalmologues sont aidés dans leur consultation par des orthoptistes. Ces professionnels de santé paramédicaux suivent une formation de trois ans. Différentes tâches comme la réalisation des examens complémentaires ou la mesure de la vue leurs sont confiées sous contrôle du médecin ophtalmologiste selon un protocole de « délégations de tâches ».

Quand effectuer un bilan chez l’ophtalmo ?

La fréquence de consultation dépend bien évidemment avant tout de vos yeux. En cas de pathologie, il appartient à l’ophtalmologue de fixer lui-même le rythme su suivi. De grandes lignes se dégagent néanmoins.

Petite enfance (avant 6 ans)

  • Tout enfant âgé de 6 ans doit avoir bénéficié d’un examen ophtalmologique pour s’assurer de sa bonne vision, y compris en l’absence de symptômes. L’âge idéal de dépistage se situe autour de 4 ans révolus. Trop jeunes, la coopération des enfants est souvent difficile.
  • En cas de signes de malvoyance comme des difficultés dans la saisie des objets, un regard absent, des chutes à répétition ou inexpliquées, des difficultés d’apprentissage, la présence d’un strabisme ou de reflets blancs dans les yeux, une consultation s’impose sans délais quel que soit l’âge.
  • Les antécédents familiaux de strabisme ou d’hypermétropie forte justifient également des consultations.

Enfance (entre 6 et 16 ans)

  • Un contrôle annuel est souhaitable en cas de port d’une correction
  • Un contrôle tous les 5 ans est recommandé en l’absence de difficultés visuelles

Âge adulte (entre 16 et 42 ans)

  • Tous les 5 ans, un contrôle est recommandé que vous portiez ou non une correction.

Au-delà de 43 ans

  • Tous les 3 ans, un contrôle est recommandé, que vous portiez ou non une correction.

Au-delà de 60 ans

  • Une consultation tous les 2 ans paraît justifiée (bien qu’aucune recommandation officielle ne soit émise).

Durée de validité d’une ordonnance

Les durées de validité des ordonnances sont établies par la sécurité sociale, mais les mutuelles ou différents organismes de santé peuvent fixer leurs propres conditions de remboursement.

Combien de temps est valable une ordonnance de lunettes ?

  • Jusqu’à 16 ans : un an
  • De 16 à 42 ans : cinq ans
  • Au-delà de 43 ans : trois ans

Combien de temps est valable une ordonnance de lentilles ?

L’ordonnance de lentilles est valable 3 ans, quel que soit votre âge.

Préparer sa consultation chez l’ophtalmologue

En vue d’une consultation chez l’ophtalmologue :

  • Munissez-vous de votre ordonnance précédente et de votre correction optique (lunettes, lentilles) si elles sont en votre possession.
  • Munissez-vous de votre carte vitale, carte de mutuelle et d’un moyen de paiement
  • Si un fond d’œil doit être pratiqué organisez-vous !

Se préparer à l’examen du fond d’œil

Les maladies pédiatriques, de la rétine, la myopie, le diabète, les bilans pré-opératoires et bien d’autres situations peuvent nécessiter la réalisation d’un fond d’œil qui consiste à dilater la pupille pour observer la rétine et effectuer diverses mesures. Cet examen trouble la vision pendant quelques heures, aussi il est nécessaire de s’y préparer de la façon suivante si vous vous apprêtez à en bénéficier.

  • aménager son emploi du temps (ne pas prévoir de travailler durant 2 à 4 heures)
  • prendre les transports en commun ou être accompagné
  • se munir de lunettes de soleil

Les maladies diagnostiquées, dépistées, suivies et prises en charge par le médecin ophtalmologue

La consultation régulière d’un médecin ophtalmologue n’est pas seulement nécessaire pour le renouvellement des ordonnances de lentilles ou de verres correcteurs. Il s’agit d’un temps essentiel pour dépister des maladies silencieuses comme le glaucome chez l’adulte ou l’amblyopie chez l’enfant. Le suivi des pathologies de rétine telle que la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge), le glaucome, ou la rétinopathie diabétique peuvent être réalisées par le médecin ophtalmologue à intervalle régulier si c’est nécessaire.

Combien coûte une consultation chez l’ophtalmologiste ?

Le tarif de consultation chez l’ophtalmologue dépend de la structure au sein de laquelle il exerce et des honoraires qu’il pratique – et qui doivent être affichés et consultables au cabinet.

Documents nécessaires

Il convient avant tout de rappeler que pour consulter, les patients doivent se munir :

  • D’une carte Vitale A JOUR
  • De leur carte de mutuelle
  • D’un moyen de paiement
  • Idéalement, de leurs précédentes ordonnances de correction

Les patients bénéficiant de la CMU doivent se munir de leur carte et attestation de droits à jour.

Notion de dépassement d’honoraires et de conventionnement

Trois types d’établissements et de secteurs d’installation co-existent actuellement :

  • Conventionnement en secteur 1 – Les médecins exerçant en secteur 1 ne pratiquent pas de dépassements d’honoraires. Ils appliquent le tarif conventionné de la sécurité sociale.
  • Conventionnement en secteur 2 – Les médecins exerçant en secteur 2 peuvent librement pratiquer des dépassements d’honoraires « avec tact et mesure » dont le montant est affiché en salle d’attente.
  • Non conventionné – Ces médecins pratiquent les tarifs qu’ils souhaitent. Ces consultations ne donnent pas lieu à un remboursement par la sécurité sociale.

Notion de tiers payant et reste à charge

Le tiers payant constitue les frais avancés par les organismes payants (sécurité sociale et mutuelle) versés directement à l’établissement consulté, le reste à charge constituant le montant dont le patient devra s’acquitter à la fin de sa consultation. Le reste à charge peut être secondairement pris en charge ou non par les organismes complémentaires (mutuelles et assurances privées)

  • Les établissements ne pratiquant pas le tiers payant vous demanderont de vous acquitter de l’intégralité de la facture, le remboursement de ce reste à charge par la sécurité sociale et d’éventuels organismes complémentaires intervenant secondairement.
  • Les établissements pratiquant le tiers payant sur la partie sécurité sociale vous demanderont de vous acquitter du reste à charge, constitué du ticket modérateur et d’un éventuel dépassement d’honoraires, le remboursement des organismes complémentaires intervenant secondairement s’il y a lieu.
  • Dans les établissements pratiquant le tiers payant intégral, vous n’aurez à débourser aucun frais.

Notion de télétransmission de feuille de soins

En cas de reste à charge, les patients bénéficiant d’un organisme complémentaire (assurance privée ou mutuelle) pourront se voir rembourser tout ou partie de ce montant. Selon les établissements :

  • Ce montant sera transmis directement par télétransmission via la carte Vitale
  • Une feuille de soins au format papier sera émise (qu’il faut transmettre par voie postale à la sécurité sociale)

Qu’est-ce que la chirurgie ophtalmologique ?

La chirurgie ophtalmologique désigne toutes les opérations qui concernent les yeux. La plupart du temps réalisée sous anesthésie locale, la chirurgie ophtalmologique s’effectue auprès d’un ophtalmologue spécialisé, en cabinet, dans une clinique ou dans un centre hospitalier.

Quelles sont les opérations des yeux ?

Il existe de nombreux types d’interventions chirurgicales sur les yeux, de la prévention de la cécité à la chirurgie esthétique. Selon l’âge du patient, les troubles visuels et les pathologies, ou même le mode de vie souhaité, différentes opérations peuvent être suggérées. En France, les opérations de la cataracte et réfractive représentent plus de la majorité des opérations ophtalmologiques. Il existe cependant des chirurgies plus complexes telles que les opérations de la rétine, du glaucome, du strabisme ou de la cornée.

Quelles sont les opérations des yeux au laser, ou « chirurgie réfractive » ?

Les opérations des yeux au laser servent, le plus souvent, à se débarrasser de ses lunettes. En effet, myopie, hypermétropie, astigmatisme, et même la presbytie peuvent être traités par une intervention au laser. Cependant, d’autres affections telles que les opérations de la rétine et du glaucome, peuvent être soignées au laser.

Combien coûte une opération des yeux ?

Question très complexe pour laquelle il existe autant de réponses que de cas. Soulignons néanmoins que deux situations principales existent : celui des opérations jugées « esthétiques » et les autres.

  • Pour toute opération des yeux hors chirurgie réfractive et chirurgie esthétique des paupières
    Pour les opérations classiques de cataracte, de rétine, du glaucome, de la cornée, ou du strabisme, le reste à charge comprend : 30% du tarif de la sécurité sociale + le complément d’honoraires du chirurgien + le complément d’honoraires de l’anesthésiste + les « frais de structure ». Le reste à charge constitue le montant à la charge du patient et de sa complémentaire santé (mutuelle ou assurance privée). À titre d’information la base de remboursement de la sécurité sociale est le suivant pour les chirurgies de cataracte et de rétine :
    • Cataracte : 270 euros (reste à charge = 270*30/100 + complément chirurgien + complément anesthésiste + frais de structure)
    • Chirurgie de la rétine : entre 300 et 500 euros (reste à charge = 500*30/100 + complément chirurgien + complément anesthésiste + frais de structure)
  • Pour la chirurgie réfractive et les interventions de paupière esthétiques
    Ici, la structure du prix est beaucoup plus simple, puisque l’intégralité des dépenses est à la charge du patient et de sa complémentaire santé (mutuelle ou assurance privée). Pour ce qui concerne la chirurgie réfractive, selon le type d’opération et la technique utilisée, le coût final d’une opération au laser se situe habituellement entre 2.000 et 3.000€ pour les deux yeux.

Quel spécialiste pratique la chirurgie ophtalmique ?

L’ophtalmologue est le seul professionnel de santé habilité à pratiquer la chirurgie ophtalmologique. Il est médecin et chirurgien car l’ophtalmologie est une spécialité médico-chirurgicale, le spécialiste de cet organe étant chargé de traiter les pathologies tout à la fois médicales et chirurgicales, ce qui n’est pas le cas de tous les organes, cardiologues et chirurgiens cardiaques se partageant par exemple le soin du cœur.

Existe-t-il des sous-spécialités au sein même de l’ophtalmologie ?

Si la chirurgie de la cataracte est pratiquée par une majorité des ophtalmologues exerçant la chirurgie, les autres opérations appartiennent à des « sous-spécialités » qui font l’objet de spécialisations propres. Chaque chirurgien maîtrise selon son cursus l’une ou l’autre, parfois plusieurs de ces sous-spécialités :

Quelle formation pour pratiquer l’ophtalmologie ?

Médecin et chirurgien à la fois, l’ophtalmologiste est titulaire d’un D.E.S. (diplôme d’études spécialisées) en ophtalmologie délivré à l’issue de la validation de la thèse d’exercice en médecine après onze années d’études. La quasi-intégralité des ophtalmologistes poursuit son cursus durant deux années supplémentaires de « post-internat », période appelée « clinicat » ou « assistanat », durant laquelle le chirurgien exerce seul la chirurgie à l’hôpital.

Les ophtalmologues exercent-ils tous la chirurgie ?

Du fait de leurs aptitudes, des hasards de leur formation ou plus simplement de leurs souhaits, certains ophtalmologues privilégient la médecine à la chirurgie, ou bien l’inverse.

Questions fréquentes

L’ophtalmologue est le médecin qui prend en charge les maladies des yeux. Il assure :

  • Le diagnostic, le dépistage et le suivi des maladies de l’œil
  • La prescription et le renouvellement des corrections optiques (lunettes et lentilles de contact)
  • La réalisation des examens complémentaires
  • La réalisation des opérations des yeux
  • L’accueil des urgences ophtalmologiques

Les ophtalmologues qui pratiquent la chirurgie sont dits « chirurgiens ophtalmologues ».

  • Cas d’un patient bien portant
    Chez les patients bien portants, la consultation nourrit généralement deux objectifs. Mesurer la vision afin de prescrire des verres correcteurs ou des lentilles de contact et dépister une éventuelle maladie de l’œil risquant de passer inaperçue, comme l’amblyopie chez l’enfant (œil fainéant) ou le glaucome chez l’adulte.
  • Cas d’un patient présentant une maladie des yeux
    L’objectif de la consultation est alors de suivre la maladie au cours d’une consultation spécialisée pour en confirmer le diagnostic et planifier la prise en charge. Différents examens d’imagerie pourront être réalisés. Un traitement pourra être prescrit, un laser, et parfois même une opération, programmés.

Les ophtalmologues du label Qualidoc, sont des ophtalmologues chirurgiens satisfaisant un cahier des charges permettant le décernèrent du label pour une ou plusieurs opérations données.

Tout dépend de votre âge et de votre santé ophtalmologique !

  • Avant 6 ans : tout enfant doit avoir réalisé un bilan ophtalmologique complet avant l’âge de 4 à 6 ans, l’âge idéal de la première consultation se situant autour de 4 ans. Indépendamment, toute anomalie suspectée par les parents doit conduire à un examen en urgence (suspicion de malvoyance, strabisme, reflets anormaux)
  • Entre 6 et 16 ans : contrôle annuel en cas de correction, contrôle tous les 3 à 5 ans en l’absence d’anomalie (entrée au CP, en 6ème, en 2nde)
  • Entre 16 et 42 : contrôle tous les 5 ans, que vous portiez ou non une correction.
  • Entre 43 et 60 ans : contrôle tous les trois ans que vous portiez ou non une correction
  • Au-delà de 60 ans : contrôle tous les deux ans (aucune recommandation officielle)

Non, il n’est pas nécessaire de présenter d’ordonnance pour consulter un ophtalmologue, car l’ophtalmologie fait partie des spécialités en accès direct, au même titre que la dermatologie et la gynécologie. Votre consultation sera donc prise en charge normalement, même sans ordonnance.

  • Verres correcteurs
    • Jusqu’à 16 ans : un an
    • De 16 à 42 ans : cinq ans
    • Au-delà de 43 ans : trois ans
  • Lentilles de contact
    • Valable 3 ans, quel que soit l’âge.

  • L’allongement des délais de rendez-vous en ophtalmologie est lié à une « pénurie » d’ophtalmologues, un nombre insuffisant de spécialistes ayant été formé ces dernières années.
  • Le manque se fait plus cruellement ressentir dans les zones rurales que dans les agglomérations.
  • La tendance tend actuellement à s’inverser grâce au nombre plus important d’ophtalmologues formés annuellement et à différentes initiatives menées sous l’impulsion du SNOF * comme le développement du travail aidé.

* Syndicat national des ophtalmologistes

  • Le « travail aidé » est une organisation consistant à déléguer une partie de l’examen ophtalmologique à un orthoptiste, qui est un professionnel paramédical ayant suivi une formation de 3 ans pour.
  • Ses missions sont souvent celles de mesurer la vision, la tension oculaire et de réaliser des examens complémentaires.
  • Ce protocole de délégation de tâches, parfois déroutant les premières fois, est très répandu et fortement encouragé par le syndicat national des ophtalmologistes pour contribuer à réduire les délais chez l’ophtalmologiste.
  • Il permet en outre d’accroître le temps médical passé avec son ophtalmologue qui se libère d’un certain nombre de tâches.
  • Mesure de la vision subjective (montgolfière) et objective (lecture des lettres)
  • Mesure de la tension oculaire (souffle d’air)
  • Examen ophtalmologique à la lampe à fente (lumière éblouissante) +/- fond d’œil
  • Eventuels examens complémentaires
  • Prescription optique
  • Ophtalmologue – Il s’agit du médecin qui prend en charge les maladies oculaires.
  • Ophtalmologiste – Synonyme d’ophtalmologue
  • Ophtalmo – Diminutif d’ophtalmologue
  • Oculariste – Synonyme d’ophtalmologue. Peu utilisé (terme du passé)
  • Chirurgien ophtalmologue – Ophtalmologue qui pratique la chirurgie ophtalmologique et les opérations des yeux
  • Opticien – Professionel de santé qui assemble et distribue les équipements optiques (lunettes, lentilles…)
  • Orthoptsite – Professionnel de santé qui prend en charge la rééducation oculaire « kiné des yeux »
  • Optométriste – Professionel de santé spécialiste de la réfraction (mesures de la vue)
  • Oculariste – Professionel de santé qui prend en charge la confection et la distribution des prothèses oculaires (également dit prothésiste oculaire)