Questions fréquentes

Un centre d’ophtalmologie désigne un établissement où se pratique l’ophtalmologie à plusieurs. Ce type de regroupement est principalement constitué de deux types de structures : les cabinets libéraux et les centres de santé, qui sont très différentes.

  • Cabinet d’exercice libéral : Il s’agit de structures libérales regroupant plusieurs praticiens installés en exercice individuel
  • Centre de santé : les centres de santé sont des établissements pluridisciplinaires à but non lucratif dont certains se spécialisent quasi exclusivement dans l’exercice de l’ophtalmologie. Les ophtalmologues y sont généralement salariés.
  • Autres : toute structure, comme un hôpital qui pratiquerait l’ophtalmologie en groupe, peut également être désignée par ce terme large.

Les centres d’ophtalmologie présentés, sont les lieux d’exercice des chirurgiens ophtalmologues satisfaisant les critères d’accès au label Qualidoc et ayant mis le souhait de le rejoindre.

Non, l’ophtalmologie étant, au même titre que la gynécologie et la dermatologie, une spécialité d’accès directe, il n’est pas nécessaire de présenter d’ordonnance pour consulter et être pleinement pris en charge par l’assurance maladie.

  • Carte vitale à jour
  • Carte de mutuelle
  • Moyen de paiement
  • Précédentes ordonnances de correction
  • CMU Les patients bénéficiant de la CMU doivent se munir de leur carte et attestation de droits à jour.

Tout dépend du type de centre ophtalmologique et du secteur d’installation de l’ophtalmologue consulté. Les trois secteurs d’installation peuvent se rencontrer :

  • Conventionnement en secteur 1 – Les médecins exerçant en secteur 1 ne pratiquent pas de dépassements d’honoraires. Ils appliquent le tarif conventionné de la sécurité sociale. Il s’agit du mode exclusif des centres de santé.
  • Conventionnement en secteur 2 – Les médecins exerçant en secteur 2 peuvent librement pratiquer des dépassements d’honoraires « avec tact et mesure » dont le montant est affiché en salle d’attente. Il s’agit du mode de fonctionnement d’une majorité de cabinets libéraux.
  • Non conventionné – Ces médecins pratiquent les tarifs qu’ils souhaitent. Ces consultations ne donnent pas lieu à un remboursement par la sécurité sociale. Il s’agit d’un mode de fonctionnement marginal.

Le tiers payant constitue les frais avancés par les organismes payants (sécurité sociale et mutuelle) versés directement à l’établissement consulté, le reste à charge constituant le montant dont le patient devra s’acquitter à la fin de sa consultation. Le reste à charge peut être secondairement pris en charge ou non par les organismes complémentaires (mutuelles et assurances privées)

  • Les établissements ne pratiquant pas le tiers payant vous demanderont de vous acquitter de l’intégralité de la facture, le remboursement de ce reste à charge par la sécurité sociale et d’éventuels organismes complémentaires intervenant secondairement.
  • Les établissements pratiquant le tiers payant sur la partie sécurité sociale vous demanderont de vous acquitter du reste à charge, constitué du ticket modérateur et d’un éventuel dépassement d’honoraires, le remboursement des organismes complémentaires intervenant secondairement s’il y a lieu.
  • Dans les établissements pratiquant le tiers payant intégral, vous n’aurez à débourser aucun frais.

En cas de reste à charge, les patients bénéficiant d’un organisme complémentaire (assurance privée ou mutuelle) pourront se voir rembourser tout ou partie de ce montant. Selon les établissements :

  • Ce montant sera transmis directement par télétransmission via la carte Vitale
  • Une feuille de soins au format papier sera émise (qu’il faut transmettre par voie postale à la sécurité sociale)