Le laser Argon rétinien permet de cautériser la rétine et la faire cicatriser contre son enveloppe protectrice : la choroïde. Il est utilisé pour le traitement des déchirures de rétine, mais aussi pour le traitement de la rétinopathie diabétique, des occlusions veineuses et des néovaisseaux. La procédure se déroule au cabinet, en salle de laser. Le patient est installé en position assise, tête posée contre la lampe a fente. Des anesthésiques locaux sont instillés avant de démarrer puis une lentille est placée sur l’œil pour limiter les mouvements et les clignements. L’intervention dure entre 1 et 5 minutes en fonction de la zone à traiter. Elle est peu douloureuse.

laser argon pan photocoagulation rétinienne ppr
Laser Argon
Source AAO

Laser argon de la rétine

  • Nom complet : laser argon transpupillaire.
  • Durée : 3 à 5 minutes par œil.
  • Intervention bilatérale : oui si nécessaire.
  • Anesthésie : topique (locale) par gouttes.
  • Jeûne : non nécessaire.
  • Séjour : externe (pas d’hospitalisation).
  • Douleurs pendant : faible.
  • Douleurs après : non.
  • Flou postopératoire : 1 à 3 heures.
  • Reprise de la conduite : lendemain.
  • Interruption du travail : non.
  • Traitement après laser : aucun.

Qu’est-ce que le laser Argon rétinien ?

  • Le laser argon de la rétine consiste à venir photocoaguler la rétine, c’est-à-dire la cautériser contre l’enveloppe protectrice de l’œil : la choroïde.
  • Le laser Argon émet une énergie lumineuse absorbée par les tissus de la rétine et transformée en énergie thermique (chaleur).
  • La rétine se cautérise et va entamer un processus de cicatrisation contre la choroïde.
  • Les adhérences crées empêchent la rétine de se décoller ou traitent les zones souffrantes de la rétine responsables des néovaisseaux.
  • Les lasers actuels permettent de réaliser plusieurs impacts en même temps (lasers multispots) afin de raccourcir la durée et la gêne induite par les procédures.
Laser argon rétinien
Laser argon rétinien

Les pathologies traitables au laser argon

Le laser permet de cautériser la rétine et traiter les zones de souffrance rétinienne. Les pathologies traitables sont donc :

  • Les déchirures de rétine : contourer la déchirure au laser permet de réduire par 6 le risque de développer un décollement de rétine.
  • La rétinopathie diabétique : le diabète entraîne une altération des vaisseaux de la rétine et la diminution de l’oxygénation de celle-ci, on parle d’ischémie rétinienne. Pour compenser ce manque d’oxygénation, la rétine produit des néovaisseaux anormaux, susceptibles de saigner ou décoller la rétine. Il faut donc cautériser ces vaisseaux et traiter les zones d’ischémie au laser.
  • Les occlusions veineuses : idem, les occlusions veineuses causent une raréfaction de l’afflux sanguin au niveau de la rétine. Elles sont donc fréquemment pourvoyeuses d’ischémie devant être traitée. Le laser est limité aux zones de rétine souffrantes.
  • Les œdèmes maculaires
    • Certains œdèmes maculaires diffus peuvent être traités par un laser doux en grille de points multiple afin de réduire la fréquence des injections intravitréennes.
    • Certains œdèmes maculaires focaux associés à une dilatation d’un vaisseau (anévrisme) peuvent être traités en coagulant de manière douce l’anévrisme.

Déroulement du laser de rétine.

La procédure de laser rétinien se déroule au cabinet, dans une salle dédiée. Des collyres mydriatiques sont instillés 30 minutes avant de démarrer la séance afin de dilater la pupille et mieux accéder au fond d’œil.
L’anesthésie se réalise par collyres. La procédure laser est peu agréable mais exceptionnellement douloureux.

  • En externe (pas d’hospitalisation)
  • Anesthésie topique par gouttes et dilatation pupillaire
  • Au besoin traitement antalgique et anxiolitique préalable
  • Réglage du laser : taille des impacts, puissance et durée
  • Mise en place d’une lentille contact sur l’oeil anesthésié
  • Repérage des zones de rétine à traiter
  • Réalisation du traitement
  • Retrait de la lentille
  • Repos en salle d’attente le temps que l’éblouissement diminue puis retour à domicile
  • Pour le traitement des déchirures, 3 à 5 rangées de laser sont réalisées autour.
  • Le traitement de la rétinopathie diabétique repose sur la panphotocoagulation rétinienne, ce qui signifie que toute la rétine périphérique est traitée afin de diminuer ses besoins en oxygène. 2000 à 3000 impacts sont réalisés en 4 séances en moyenne.
  • Les occlusions veineuses sont-elles traitées par photocoagulation sectorielle. Seules les zones de rétine malade sont traitées.
  • Les œdèmes maculaires sont eux traités par laser focal. 3 à 10 impacts fins & doux de laser sont réalisés autour des anomalies vasculaires.
Laser Argon
Laser Argon transpupillaire. Source AAO

Après le laser

  • Après le laser, c’est le retour à la maison.
  • L’œil a été ébloui pendant quelques minutes à haute intensité, la vision est donc trouble pendant 1 à 2 heures après la procédure.
  • La pupille, elle reste dilatée pendant 4 à 6 heures, parfois plus chez les patients aux yeux clairs.
  • Il n’y a pas besoin de collyres post-laser, celui-ci ne générant que peu d’inflammation oculaire.
  • L’œil n’est jamais transpercé durant la procédure, le risque de développer une infection est donc nul.

Questions fréquentes

La procédure laser dure d’ 1 à 5 minutes en fonction de l’étendue de rétine à traiter.

Non, le terme n’est pas approprié, elle est cautérisée. Cela veut dire que la rétine est toujours présente mais entre dans un processus de cicatrisation après avoir subi un choc thermique.

Oui, bien entendu. Le laser génère peu d’inflammation, 2 séances peuvent dont être réalisées à quelques jours d’intervalle si nécessaire.

La panphotocoagulation est une procédure longue, et le processus de cicatrisation de la rétine est à risque de provoquer un œdème de la macula. Mieux vaut donc réaliser le laser en 3 à 4 séances espacées afin d’éviter de décompenser un œdème.

Le laser n’est pas une procédure très agréable, cependant peu de patients se plaignent d’une véritable douleur. En cas d’intolérance, il est possible de prescrire un traitement antalgique et anxiolytique au patient avant la procédure.

Non, mieux vaut éviter. La procédure laser nécessite de dilater la pupille, la vision est donc brouillée pendant quelques heures après. Mieux vaut rentrer en transport.

Informations utiles & documents administratifs

Consentement – Laser argon rétine

Consentement officiel de la Société Française d’Ophtalmologie pour le traitement des pathologies de la rétine au laser Argon.

Les chirurgiens pratiquant le laser Argon

Les chirurgiens de la rétine membres de la communauté Qualidoc sont disponibles pour un rendez-vous de consultation proche de chez vous partout en France.

Dr Hugo Bourdon

Auteur

Dr Hugo Bourdon

Ophtalmologiste à Paris, le Dr Hugo Bourdon est spécialiste des interventions de cataracte, rétine, glaucome et de chirurgie réfractive. Il exerce au Centre Hospitalier National des 15/20.
Voir le profil

Publier un commentaire

* champs obligatoires