La cornée est le premier tissu rencontré par la lumière lorsqu’elle pénètre dans l’œil. Rigide, elle est aussi le seul tissu transparent du corps humain, ce qui lui vaut parfois d’être comparée à un hublot. La cornée constitue le site sur lequel sont posées les lentilles de contact. Il s’agit également du site sur lequel est appliqué le laser permettant la correction d’une myopie, hypermétropie, astigmatisme ou presbytie dans le cas d’une chirurgie réfractive pour se passer des lunettes. Son infection, son inflammation et nombre des affections dont elle peut souffrir portent le nom de « kératite ». Selon leur type, elles peuvent causer une baisse de vision, en induisant des opacités, et des douleurs très importantes si sa surface est atteinte, car la cornée est le tissu le plus densément innervé du corps humain. Les urgences comme les abcès (infections causées par les lentilles), les corps étrangers ou encore les griffures (ulcérations) sont ainsi particulièrement pénibles. La sécheresse des yeux, les ulcérations récidivantes, l’herpes ou encore le kératocône peuvent aussi toucher la cornée. Le traitement sera médical, à base de collyres et de pommade, au laser ou bien par chirurgie pour soulager les douleurs et rétablir la transparence.

Anatomie oeil normal emmétrope
La cornée, tissu transparent, est à gauche

La cornée en bref

  • Description : tissu transparent en avant de l’œil
  • Fonction : assure passage et la convergence de la lumière
  • Propriétés : transparente, rigide, innervée et convergente
  • Examen : lampe à fente, topographie cornéenne
  • Kératite : infection ou inflammation de la cornée
  • Symtômes d’une kératite : douleurs et baisse de vision
  • Pathologies urgentes : abcès, infections, corps étrangers, érosions, herpes
  • Pathologies chroniques : sécheresse, kératocône, dystrophie de Fuchs, ptérygion
  • Traitements médicaux : collyres, pommades
  • Traitements lasers : Cross Linking, PKT, PKR, LASIK, SMILE
  • Traitements chirurgicaux : greffes de cornée (KT, DMEK, DALK)

Anatomie et fonctionnement

Dans une analogie de l’œil avec un appareil photographique, la cornée serait l’extrémité de l’objectif. Il s’agit de la première couche transparente de l’œil, par laquelle pénètre la lumière.

  • La cornée est composée de collagène – Réparti de manière régulière, le collagène confère sa propriété exceptionnelle à la cornée : sa transparence.
  • Une anomalie du collagène, peut déformer la cornée ou l’opacifier, conduisant à une baisse de vision.
  • La cornée est très innervée
La cornée et ses différentes couches
La cornée et ses couches

Examen de la cornée

L’examen médical d’une cornée par l’ophtalmologue s’appuie sur deux examens principaux.

Lampe à fente

La lampe à fente permet l’observation directe de la cornée au moyen d’un microscope éclairant. D’éventuelles opacités, pertes de transparence à l’origine d’une baisse de la vision, seront visibles. Une coloration par « fluorescéine » éclairée en lumière bleue permettra de mettre en évidence des anomalies de sa surface.

cornée transparente en examen à la lampe à fente copie
Cornée transparente à la lampe à fente
stries vogt aao
Opacité (stries de Vogt) en lumière blanche
keratite diffuse en lumière bleue
Kératite diffuse en lumière bleue + fluorescéine

Topographie cornéenne

La topographie cornéenne est un examen complémentaire permettant d’évaluer la forme de la cornée. Irrégulière ou déformée comme c’est le cas dans les maladies telles que le kératocône, la convergence de la lumière sera altérée, ce qui conduira à une baisse de vision.

Topographie astigmatisme oblique
Astigmatisme régulier en topographie

Symptômes d’une kératite

Le terme de kératite désigne une « inflammation de la cornée ». Dans sa forme classique et la plus fréquente, il désigne en particulier les infections de la cornée : abcès et infections par bactérie, virus, champignon ou parasite. Sous cette forme, il s’agit d’une pathologie provoquant :

  • Rougeurs oculaires – Elles sont intenses et localisées dans le blanc de l’œil
  • Douleurs oculaires – Elles sont liées à l’innervation dense de la cornée.
  • Baisse de vision – Causée par les opacités induites par l’infection, elle altère la transmission de la lumière

Principales pathologies de la cornée

Les principales pathologies de la cornée se repartissent de la façon suivante :

  • Dégénératives : kératocône, kératopathie en bandelettes
  • Héréditaires : dystrophies de Fuchs, de Cogan
  • Traumatiques : ulcères, traumatismes, brûlures, érosions
  • Inflammatoires : rosacée, kératoconjonctivite atopique
  • Infectieuses : abcès sous lentilles, kératites

Le Kératocône

Le kératocône est une pathologie dégénérative associant un amincissement et une déformation anormale de la cornée en forme de cône. Il aboutit à une baisse de la vision irréversible en l’absence de prise en charge spécialisée. Cette maladie débute généralement pendant l’adolescence et à tendance à s’aggraver pendant les trois premières décennies de la vie. Il est le plus souvent détecté en cas d’astigmatisme s’aggravant chez le patient jeune se frottant régulièrement les yeux. Différents moyens existent pour arrêter son évolution et restaurer une vision.

Cornée normale (gauche)
Kératocône (droite)

La dystrophie endothéliale de Fuchs et du pseudophaque

La dystrophie endothéliale de Fuchs ou cornea guttata est une pathologie héréditaire primitive de l’endothélium cornéen se compliquant d’un œdème de cornée. Il s’agit de la dystrophie de cornée la plus fréquente.
La face interne de la cornée est constituée de cellules endothéliales ayant pour rôle de maintenir une hydratation constante de la cornée. La mort précoce de ces cellules dans la dystrophie de Fuchs aboutit à un gonflement (œdème) progressif de la cornée puis à une perte de sa transparence. Le traitement consiste à apporter de nouvelles cellules viables grâce aux greffes de cornée de dernière génération, les greffes endothéliales de type DMEK.

Dystrophie de Fuchs débutante (gauche) / sévère (droite) – Perte de transparence de la cornée

La décompensation bulleuse du pseudophaque

La décompensation bulleuse du pseudophaque est une pathologie dont le mécanisme est similaire à la dystrophie endothéliale de Fuchs décrite ci-dessus, la différence étant que la perte de cellules endothéliales n’est ici pas spontanée mais secondaire à une chirurgie de la cataracte : cette intervention nécessite l’utilisation d’ultrasons afin d’extraire le cristallin, ces derniers pouvant dans certaines conditions entraîner des dommages irrémédiables sur l’endothélium cornéen. Le traitement est similaire et nécessite dans les formes sévères une greffe endothéliale.

Les érosions cornéennes récidivantes

Les érosions cornéennes récidivantes ou kératalgies récidivantes correspondent à un syndrome se manifestant par des douleurs intenses d’origine cornéenne survenant préférentiellement la nuit ou le matin au réveil. Ces douleurs sont liées à une fragilité anormale de couche de cellules protégeant la cornée : l’épithélium cornéen. Instable, en se rompant l’épithélium est à l’origine d’ulcères récidivants. Différentes pathologies peuvent être à l’origine d’érosions récidivantes, la plus connue étant la dystrophie de Cogan.
Le traitement est essentiellement médical (collyres cicatrisants) cependant la prise en charge nécessite dans certaines situations une intervention par un laser de surface de type excimer, ou photokératectomie thérapeutique (PKT), afin d’éviter les récidives.

pkr /pkt vidéo
Photokératectomie – Laser thérapeutique (PKT)

Le ptérygion

Le ptérygion est une lésion bénigne correspondant à une excroissance de la conjonctive (le blanc de l’œil) sur la cornée. Il s’agit d’une pathologie fréquente chez l’adulte mais potentiellement responsable d’une baisse de vision en cas d’extension trop importante sur la cornée.
Le traitement est chirurgical et consiste à une exérèse de la lésion associée à une autogreffe conjonctivale, technique permettant de fortement réduire le risque de récidive, principale complication de cette pathologie.

L’herpès oculaire

L’herpès simplex est un virus connu pour être responsable d’affections de la peau et des muqueuses (bouton de fièvre, atteinte génitale…) mais également dans certaines situations d’atteinte oculaire, appelées kératite herpétique.

Cette maladie virale contagieuse principalement par contact buccal serait ainsi responsable de plus de 50 000 kératites herpétiques par an en France, à l’origine parfois de perte de vision irréversible. Un suivi régulier est nécessaire par votre ophtalmologiste et le traitement repose sur des antiviraux oraux, des collyres, et dans les formes les plus graves une greffe de cornée peut être indiquée.

herpès oculaire
Kératite herpétique de type dendritique

Les abcès de cornée

Les abcès de cornée ou kératites infectieuses sont des infections de la cornée responsables de baisse de vision et de douleurs oculaires intenses. En plus de l’herpès décrit ci-dessus, elles peuvent être secondaires à des bactéries (les plus fréquentes), des champignons et même des parasites, appelés amibes. Le principal facteur de risque des kératites infectieuses est le port de lentilles de contact, qu’il est important de manipuler et d’entretenir avec précaution afin d’en diminuer les risques.

Le traitement des abcès est une urgence ophtalmologique. Il repose sur l’instillation régulière et rigoureuse de 2 à 3 collyres antibiotiques. Les formes les plus graves nécessitent une hospitalisation. En cas de cicatrice avec séquelles visuelles importantes, certains patients peuvent bénéficier d’une greffe de cornée une fois l’infection contrôlée.

La sécheresse oculaire

La sécheresse oculaire est un véritable problème de santé publique avec une part croissante de patients souffrants de cette pathologie. Avoir les yeux secs entraîne au quotidien un inconfort avec des sensations de grains de sable, de brûlures ou de picotements au niveau de la surface oculaire.
Les causes de cette sécheresse sont multiples et le traitement repose principalement sur l’instillation de collyres hydratants épais appelés larmes artificielles. En cas de sécheresse sévère ou « réfractaire aux gouttes », d’autres traitements ont fait la preuve de leur efficacité afin de stabiliser la maladie.

Traitement médical des pathologies de la cornée

Une partie des pathologies de la cornée peut être traitée par traitement médical, consistant à l’instillation de collyres spécifiques.

La sécheresse oculaire est ainsi traitée par des lubrifiants oculaires ayant pour action d’hydrater l’oeil à l’aide de collyres le plus souvent à base d’acide hyaluronique. Un abcès de cornée (ou kératite infectieuse) pourra quant à lui être pris en charge à l’aide de collyres antibiotiques ; tout comme une conjonctivite allergique peut être prise en charge par des collyres antihistaminiques. Il existe également des collyres à base de corticoïdes permettant de traiter toute inflammation de la cornée ou de la surface oculaire en l’absence de contre-indication. Ces derniers ont par ailleurs toute leur place comme traitement post-opératoire.

Instillation de collyres sur la cornée

Traitement chirurgical et laser des pathologies de la cornée

Le traitement historique des pathologies cornéennes repose sur les greffes de cornée, dont les techniques les plus récentes permettent une récupération visuelle bien meilleure et plus rapide qu’auparavant.
Le laser ou photokératectomie thérapeutique a dorénavant toute sa place dans certaines pathologies cornéennes. Il est également possible de remodeler des cornées déformées comme dans le kératocône grâce à des anneaux intracornéens.

Les greffes de cornée

Une greffe de cornée consiste à changer tout ou partie d’une cornée devenue opaque par une nouvelle cornée transparente reçue d’un donneur. Les progrès réalisés permettent dorénavant de ne transplanter que la couche de la cornée malade et ainsi permettre une récupération plus rapide : on parle de greffes lamellaires. Une fois la cornée transplantée, des collyres anti-inflammatoires sont nécessaires pendant plusieurs années afin d’éviter un rejet, complication pouvant être à l’origine d’une perte du greffon.

Greffe endothéliale

La photokératectomie thérapeutique (PKT)

Il s’agit d’un traitement laser semblable à celui utilisé en chirurgie réfractive (PKR), permettant de régulariser une surface cornéenne altérée et faire disparaître certaines opacités de cornée très superficielles. L’intervention ne dure que quelques minutes et s’effectue sous anesthésie locale au bloc opératoire. Les complications sont très rares avec cette technique.

pkr /pkt vidéo
Laser thérapeutique PKT/PKR

Les anneaux intra-cornéens

La pose d’anneaux intra-cornéens consiste à remodeler une cornée anormalement déformée responsable d’une baisse de vision comme dans le kératocone. Les anneaux sont introduits au sein de la cornée grâce à un tunnel réalisé préalablement par un laser Femtoseconde, comparable à celui utilisé en chirurgie réfractive. L’avantage de cette technique rapide est son caractère réversible, les anneaux pouvant être retirés en cas de résultat non satisfaisant

AIC
Anneau intra-cornéen
Source : Intraseg

Questions fréquentes

Si nous devions l’œil comme un appareil photo, la cornée en serait l’extrémité de l’objectif. Il s’agit de la première couche transparente de l’œil.

La cornée est le premier dioptre de l’oeil, c’est à dire qu’elle permet (avec le cristallin) de focaliser les rayons lumineux arrivant dans l’oeil en un point précis sur la rétine, à l’origine d’une vision nette. Toute atteinte cornée peut ainsi s’accompagner d’une baisse de vision par modification de sa transparence ou modification de sa courbure.

La cornée peut faire l’objet de diverses pathologies aux origines bien différentes :

Dégénératives (kératocône, kératopathie en bandelettes…), héréditaires (dystrophies de Fuchs, de Cogan…), traumatiques (ulcères, traumatisme chirurgical, brûlures, érosions cornéennes récidivantes…), inflammatoires (rosacée, kératoconjonctivite atopique…) ou encore infectieuses (abcès sous lentilles, kératites…)

Les traitements des pathologies repose sur les collyres (traitement médical) ainsi que sur la chirurgie pouvant inclure dans certaines situations un recours au laser thérapeutique.

Une kératite est une infammation de la cornée. Elle entraîne :

  • Baisse de vision
  • Rougeur oculaire
  • Douleurs oculaires

Trouver un ophtalmologue spécialiste de la cornée

Dr Hugo Lama

Auteur

Dr Hugo Lama

Ophtalmologue chirurgien à Paris, le Dr Hugo Lama est spécialiste des interventions de cataracte, cornée, glaucome et chirurgie réfractive. Il exerce à l'Ophtalmopôle de Paris situé à l'Hôpital Cochin (AP-HP)
Voir le profil

Publier un commentaire

* champs obligatoires