La cataracte correspond à l’opacification liée à l’âge du cristallin, la lentille intraoculaire assurant la mise au point. Elle est responsable d’une vision trouble. Si certains « rêvent » de remèdes naturels ou de traitements par gouttes, seule la chirurgie constitue à ce jour un traitement efficace. Elle est recommandée dès l’instant où il existe une gêne visuelle dont la correction par les lunettes n’est pas satisfaisante. L’opération consiste alors à extraire le cristallin malade pour le remplacer par une lentille artificielle : l’implant, dont le choix peut permettre de réduire myopie, astigmatisme, hypermétropie et presbytie. Réalisée par un opérateur entraîné, l’opération dure une dizaine de minutes. Elle est effectuée sous anesthésie locale, quelques gouttes suffisant à anesthésier complètement l’œil et n’est absolument pas douloureuse. Elle a lieu en chirurgie ambulatoire. La récupération visuelle est habituellement satisfaisante dès le lendemain de l’intervention. Il s’agit de l’intervention la plus réalisée au monde.

cataracte détaillé vidéo
Opération de la cataracte
Source Zeiss medical

L’opération de la cataracte en bref

  • Technique : phacoémulsification du cristallin et implantation
  • Déroulement : aspiration du cristallin malade remplacé par un implant
  • Durée : 10 à 15 minutes par œil, les 2 yeux ne sont habituellement pas opérés le même jour
  • Anesthésie : locale par gouttes + sédation, consultation préopératoire nécessaire
  • Séjour : ambulatoire, 4 à 6 heures sur place
  • Douleurs : aucune
  • Récupération visuelle : vision bonne dès le lendemain
  • Reprise de la conduite et du travail : possibles après une semaine
  • Traitement postopératoire : collyres
  • Choix de l’implant : essentiel pour réduire myopie, hypermétropie, astigmatisme ou presbytie

A qui s’adresse l’opération ?

L’opération de la cataracte s’adresse aux patients qui souffrent d’une cataracte dont le développement empêche une vision correcte. Si malgré l’adaptation des verres correcteurs, la vision ne permet pas la pratique des activités habituelles (courantes ou professionnelles) l’indication opératoire est légitime. Un pilote d’avion sera ainsi opéré plus précocement (parfois même à 9 voir à 10/10èmes), quand une personne plus fragile sera opérée plus tardivement si elle n’est que peu gênée.

Image nette - Cristallin clair
Cristallin clair :
Image nette
Perte des couleurs - Cataracte débutante
Cataracte modérée :
Couleurs ternes, photophobie
Image jaunie, vision floue - Cataracte avancée
Cataracte avancée :
Image jaunie, vision trouble

Quand opérer ?

Sauf exception, une opération de la cataracte n’est jamais urgente. Il convient donc de trouver le juste moment, compromis entre votre gêne, vos activités, votre calendrier et celui de votre chirurgien.

  • Trop tôt, vous courrez les risques d’une opération pour un bénéfice insuffisant. Dans tous les cas, pas d’inquiétude : la durée de vie d’un implant est supérieure à la vie humaine, il ne faut donc pas craindre que l’implant ne vieillisse en raison d’une opération précoce.
  • Trop tard, vous vous privez inutilement d’un bénéfice qui vous rendrait la vie lumineuse. La encore, pas d’inquiétude : sauf à retarder l’opération à s’en rendre aveugle, l’opération n’est pas rendue plus technique par l’attente et les risques de laisser progresser une cataracte pour votre œil sont quasi nuls.

Existe-t-il des alternatives à la chirurgie ?

La chirurgie est à ce jour le seul traitement efficace pour guérir d’une cataracte. Aucun médicament n’a fait preuve de son efficacité pour corriger ou même retarder l’apparition d’une cataracte. Seules les lunettes, permettent parfois d’améliorer un peu la vision.

Pourquoi opérer ?

L’opération de la cataracte consiste à retirer le cristallin malade pour le remplacer par un implant, assurant le relai des fonctions du cristallin. Au-delà de rares cas, comme certaines prises en charge complexes de glaucome, l’opération assurera deux bénéfices principaux :

  • Lever l’opacité induite par la cataracte obtenue par son retrait, ce qui permet la restitution d’une vision nette, aussi bonne qu’avant l’apparition de la cataracte
  • Corriger, au moins partiellement, les défauts visuels d’un œil (myopie, hypermétropie, astigmatisme, presbytie), ce qui est permis l’implant, dont le choix est primordial.

Généralités sur les implants

  • Les implants monofocaux sont les implants employés par défaut pour corriger myopie et hypermétropie. Ils permettent une vision optimale à une certaine distance donnée (de près ou de loin, c’est un choix à faire), mais n’assurent pas la correction de la presbytie ce qui implique le port d’une correction aux autres distances.
  • Les implants multifocaux sont les implants employés pour corriger la presbytie. Ils permettent une vision de près et de loin sans lunettes (autonomie à `80%), mais induisent des halos lumineux et ne doivent pas être proposés dans le cas de problèmes rétiniens. La correction de la presbytie peut également s’obtenir au moyen d’implants monofocaux en « bascule »
  • Les implants toriques sont utilisés pour corriger l’astigmatisme. Ils peuvent s’intégrer aux implants monofocaux et multifocaux

Quelle anesthésie pour une cataracte ?

L’opération de la cataracte par phacoémulsification requiert une anesthésie locale par gouttes anesthésiantes d’oxybuprocaïne. En cas d’anxiété, l’anesthésiste peut réaliser une sédation pour détendre le patient, raison pour laquelle, une consultation d’anesthésie et un jeûne de 6 heures doivent être respectés. Le séjour est ambulatoire, ce qui signifie que la chirurgie s’effectue sur la demi-journée.

Chronologie pré et postopératoire de la cataracte
Les grandes étapes

L’anesthésie topique pure

Certaines interventions de la cataracte se déroulent désormais sous anesthésie « topique pure« . Elles ne requièrent ni consultation d’anesthésie, ni jeûne préopératoire, ni anesthésiste. Seules des gouttes anesthésiantes sont instillées au démarrage de l’opération. Aucun complément n’est possible en cas d’anxiété.

Déroulement de l’opération

L’opération de la cataracte consiste à retirer le cristallin au travers d’une micro-incision de 2,2 mm pour le remplacer par un implant.

La chirurgie en bref

  • L’anésthésie est obtenue par gouttes
  • Une incision de 2,2 mm est pratiquée
  • Le sac capsulaire est ouvert (rhexis)
  • Le cristallin est extrait (phacoémulsification)
  • L’implant est injecté
  • Aucune suture n’est nécessaire
cataracte détaillé vidéo
Opération de la cataracte
Source Zeiss medical

Les étapes de l’opération détaillées

Selon l’organisation des blocs opératoires, la préparation se fait en chambre, avant l’entrée en salle d’opération ou directement en salle d’opération.

  • Le malade est installé sur un brancard dédié à l’ophtalmologie
  • La tête est calée dans un repose-tête enveloppant
  • Les premières gouttes d’anesthésie locale par oxybuprocaïne sont instillées
  • Mise en place des éléments de surveillance anesthésiques : brassard à tension artérielle, électrodes pour mesure du rythme cardiaque, oxygénation nasale.
  • Fixation de la tête à l’aide d’un sparadrap afin de limiter les mouvements.
  • Désinfection de l’œil est du visage à la bétadine® ophtalmique. Cette étape est souvent responsable d’une sensation de brûlure qui disparait avec le complément d’anesthésie.
  • Mise en place d’un champ stérile recouvrant le visage et laissant apparaître l’œil.
  • Complément d’anesthésie (Gel d’oxybuprocaïne protégeant l’œil).
  • Installation du blépharostat (instrument permettant de garder les paupières ouvertes sans cligner).

La chirurgie est indolore. Cependant, il est normal de ressentir des mouvements de pression sur l’œil et le visage. Il est important de ne pas bouger, y compris en cas de surprise… ce qui n’est pas toujours pas facile. Voici les principales consignes à respecter durant l’opération :

  • Regarder droit devant, en fixant les lumières du microscope.
  • Garder les bras le long du corps, ne pas se gratter le visage.
  • Ne pas hocher de la tête, ne pas bouger.
  • Ne pas faire la conversation au chirurgien.
  • Penser à des choses agréables.
  • Prévenir en cas de toux.

  • L’opération commence.
  • Le chirurgien effectue une incision de 2,2 millimètres et une autre inférieure à 1 millimètre
  • Pour maintenir la forme de l’œil, le chirurgien injecte un produit visqueux hautement cohésif.
  • Cette étape peut s’associer à une sensation de pression légerement désagréable.
  • Le chirurgien ouvre le sac capsulaire qui contient la cataracte
  • De l’eau est injectée entre le sac capsulaire et le cristallin pour les séparer.
  • Phacofragmentation : le cristallin est sculpté, fragmenté en morceaux au moyen d’ultrasons, puis aspiré morceau par morceau
  • Lavage des masses : aspiration douce des résidus de cataracte.
    • Ouverture du sac capsulaire au moyen de produit viscoelastique
    • Injection de l’implant intraoculaire dans le sac capsulaire
    • Rinçage des produits viscoélastiques.
    • Hydrosuture des incisions afin d’assurer leur étanchéité / pas de suture par fil.
    • Antibiotique : injection de 0.1mL de Cefuroxime (antibiotique) afin de réduire par 10 le risque d’infection.
    • Une coque transparente est laissée en place sur l’œil
    • Elle sera retirée le lendemain de l’opération
    • Repos en unité d’ambulatoire pendant 1h environ.
    • Retour à domicile en taxi ou accompagné.
    • Dormir avec la coque oculaire la nuit pendant 1 semaine.
    • Démarrer les traitements postopératoires le soir même ou le lendemain.

    Les suites opératoires

    Récupération visuelle

    La récupération visuelle est très rapide. Dès le lendemain, la vision est bonne. Elle continuera de progresser les premiers jours.

    Soins postopératoires

    Après l’opération c’est déjà le retour à la maison. Il convient de démarrer les collyres postopératoires le soir ou le lendemain de l’opération. Les traitements administrés après l’opération sont des collyres (gouttes) inflammatoires + antibiotiques et parfois lubrifiantes.

    • Collyres – Antibiotiques et anti-inflammatoires combinés pendant 1 mois +/- lubrifiants.
    • Coque – A porter la nuit pendant 7 jours afin d’éviter les frottements involontaires de l’œil opéré.
    • Antalgiques oraux – Systématiquement prescrits, ils sont à utiliser uniquement en cas de douleur.
    • Arrêt de travail – Un arrêt de travail d’environ 7 jours est prescrit. En cas de métier en conditions non salubres, un arrêt de 15 jours est préférable.

    Collyres après opération de la cataracte : les conseils

    • Avoir une hygiène des mains soigneuse : lavage à l’eau et au savon avant chaque soin
    • Ne pas faire pas entrer le flacon en contact avec l’œil
    • Respecter un intervalle de 3 à 5 minutes entre les différentes gouttes
    • Les mouillants (larmes artificielles hydratantes) sont à poursuivre plusieurs semaines en cas de gène oculaire (sensation de corps étranger) après l’opération de la cataracte

    Les bénéfices

    • Récupération visuelle
    • Correction des troubles visuels

    Les risques

    Effets secondaires ou indésirables « fréquents »

    • Sécheresse oculaire – La désinfection préopératoire de l’œil à la bétadine ophtalmique est responsable d’une irritation variable. Celle-ci se traduit par une sensation de sécheresse oculaire et de corps étranger pouvant durer plusieurs semaines. Des substituts lacrymaux (collyres) sont prescrits pour soulager la gène.
    • Hémorragie sous-conjonctivale – Impressionante mais jamais grave, l’hémorragie sous conjonctivale ou HSC se traduit pas un fin dépôt de sang sous l’enveloppe protectrice de l’œil : la conjonctive. Elle se résorbe habituellement en 7 à 10 jours.
    • Rebond inflammatoire – L’instillation de collyres anti-inflammatoires (corticoïdes) permet de calmer l’inflammation générée par l’opération. À leur arrêt, un rebond paradoxal de l’inflammation peut survenir entraînant rougeur et gène.

    Risques rares et graves

    • Incidents peropératoires
    Complications per-opératoires
    Rupture capsulaire < 1%Changement d’implant
    Hémorragie expulsive < 0,01%Rarissime / Grave
    Complications peropératoires d’une opération de cataracte
    • Complications postopératoires
    Complications post-opératoires
    Œdème maculaire
    1%
    Baisse de vision & métamorphopsies
    Collyres ou injection d’anti-inflammatoires
    Décollement de rétine
    1%
    Amputation du champ visuel & baisse de vision
    Opération en urgence
    Infection / endophtalmie
    0,01%
    Baisse de vue, rougeur et douleur
    Injection intra oculaire d’antibiotiques
    Urgent et grave
    Décompensation de cornée
    0,01%
    Favorisé par les fragilités cornéennes
    Récupération différée, parfois greffe de cornée
    Complications postopératoires d’une opération de cataracte

    Les chirurgiens de la cataracte de la communauté

    Les chirurgiens de la cataracte membres de la communauté Qualidoc sont disponibles pour un rendez-vous de consultation proche de chez vous partout en France.

    Questions fréquentes

    Non, contrairement aux idées reçues l’opération de la cataracte est réalisée à l’aide d’ultrasons. La cataracte entièrement laser n’existe pas, mais certaines étapes peuvent être préréalisées par un laser: incisions, découpe de la capsule et prédécoupe de la cataracte.

    Non, la chirurgie est indolore, l’anesthésie réalisée sur et dans l’œil permet d’éviter toute douleur. Le patient ressent des variations de pression. Un complément de sédation par l’anesthésiste pourra être effectué si celles-ci sont source d’anxiété.

    En postopératoire l’œil peut être rouge, gratter, mais il ne doit pas y avoir de douleur non soulagée par le paracétamol (Doliprane) ou insomniante (empêchant de dormir).

    Pas d’opération sans risques, cependant l’intervention de la cataracte est extrêmement maîtrisée !

    Les 2 principales sources d’insatisfaction des patients sont la persistance d’une dépendance aux lunettes et la gêne oculaire (sensation de corps étranger) après l’opération.

    Les effets secondaires et complications les plus fréquentes sont détaillés ici.

    Une opération de la cataracte dure 10 à 15 minutes en moyenne pour la phacoémulsification.

    Pour la femto-cataracte, un temps de préparation préalable en salle de laser est nécessaire, allongeant le temps d’intervention.

    La tête est maintenue dans un appuie-tête et fixée par un sparadrap durant l’intervention. Les mouvements involontaires ne sont pas possibles. En cas d’anxiété entraînant un tremblement, l’anesthésiste augmente la sédation.

    Oui il est possible de changer l’implant de cataracte, cependant cela n’est pas toujours utile. En cas d’erreur réfractive, il est nécessaire de changer rapidement l’implant avant que la capsule ne se solidifie autour.

    Oui et non. L’œil non opéré est masqué par le champ opératoire. L’œil opéré, quant à lui, est éclairé par une lumière très éblouissante qui ne permet pas de percevoir normalement les choses. Il est en revanche primordial de fixer les lumières colorées indiquées par votre chirurgien.

    Non, les interventions de la cataracte sont habituellement unilatérales (œil par œil). Dans de rares indications, si le patient requiert une anesthésie générale à haut risque, les 2 yeux peuvent être réalisés en même temps.

    Oui, compte tenu de la sédation par l’anesthésiste, les opérations se déroulent en chirurgie ambulatoire afin de récupérer 1 à 2 heures après l’intervention.

    Le tarif remboursé par la sécurité sociale est de 271,70€ pour l’intervention de la cataracte standard. À cela peuvent s’ajouter le complément d’honoraire ne devant pas dépasser 150% du tarif sécurité sociale, soit 407€ de dépassement maximum.

    En cas de cataracte premium, les implants toriques et multifocaux sont considérés comme étant du confort par la sécurité sociale, leur coût supérieur aux implants classiques est donc facturé directement par la clinique. Il faut compter de 50€ pour un implant torique standard à près de 400€ pour un implant torique multifocal (fabrication quasi-sur-mesure).

    Cataracte Informations utiles, documents et administratif

    Préparer sa chirurgie de cataracte

    • Envoyer les devis d’intervention et d’hospitalisation à sa mutuelle avant l’intervention.
    • L’horaire d’arrivée exacte à la clinique est le plus souvent communiqué la veille de l’intervention.
    • Il ne faut pas manger, ni boire, ni fumer dans les 6 heures précédant l’opération.
    • En cas de traitements habituels l’anesthésiste vous aura spécifié lesquels prendre et lesquels arrêter.
    • Il faut prendre une douche avec shampoing au savon doux ou à la bétadine avant l’intervention.
    • À l’arrivée à la clinique les formalités d’admission sont contrôlées avant d’être installé en chambre.
    • Un pyjama de bloc vous est donné afin de respecter les normes d’asepsie.

    Consentements

    Les consentements de la Société Française d’Ophtalmologie (SFO) font référence en France avant l’opération de la cataracte. Leur signature préopératoire fait valeur d’information & consentement éclairé.

    Consentement – Cataracte

    Recommandations officielles émises par la SFO (Société Française d’Ophtalmologie) concernant la chirurgie de la cataracte

    Consentement – Implants premium

    Recommandations officielles de la Société Française d’Ophtalmologie (SFO) concernant les implants premium : toriques, multifocaux, EDOF et accomodatifs.

    Résumé des interventions

    Résumé des interventions

    Résumé des interverventions de la cataracte, de la consultation préopératoire à la consultation postopératoire
    Dr Hugo Bourdon

    Auteur invité

    Dr Hugo Bourdon

    Ophtalmologiste à Paris, le Dr Hugo Bourdon est spécialiste des interventions de cataracte, rétine, glaucome et de chirurgie réfractive. Il exerce au Centre Hospitalier National des 15/20.
    Voir le profil

    Publier un commentaire

    * champs obligatoires